En visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Béjaïa, le ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni a annoncé, jeudi dernier, le dégel du projet du gazoduc devant relier Fréha (Tizi Ouzou) à Tifra (Béjaïa).

La réalisation de ce projet, qui permettra de renforcer davantage la région de Béjaïa en matière de gaz naturel, coûtera la bagatelle de 4,5 milliards de dinars, a précisé M. Guitouni. Lors d’une réunion de travail tenue dans la matinée de jeudi dernier, à la résidence d’hôtes de la wilaya de Béjaïa, à laquelle ont pris part, outre le wali et le président de l’APW, des parlementaire, de la région, le membre du gouvernement a instruit les responsables de la SDE de Béjaïa de procéder à l’étude du tracé du gazoduc. M. Guitouni qui déplore, lors de son intervention, la persistance de quelques oppositions citoyennes qui bloquent l’avancement des travaux de certains chantiers relevant de son secteur, invitera le wali de Béjaïa, Ahmed Maâbed, à lever ces contraintes afin de permettre à tous les projets lancés à travers le territoire de la wilaya, de se concrétiser avant la fin de l’année en cours. Présentant la situation de son secteur devant l’encadrement de la wilaya, le premier responsable de l’Energie a tenu à rassurer qu’en matière d’électrification, « Béjaïa est sécurisée ».
L’exposé du ministre relève que « la puissance électrique actuelle au niveau de la région est de l’ordre de 560 MW, alors que sa consommation n’est que de 320 MW ».
M. Guitouni annoncera, par ailleurs, que la réalisation du poste 400/220, qui sera mis en service le premier semestre de 2020, mettra à l’abri toute la wilaya de Béjaïa en matière du besoin en énergie électrique. Abordant le chapitre relatif à la pénétration de gaz naturel, dont le taux de raccordement dans la région est estimé à 43%, le ministre reconnaît que la wilaya de Béjaïa est à la traine comparativement aux autres wilayas du pays. La principale raison de ce retard, selon M. Guitouni, n’est autre que les oppositions citoyennes qui freinent la réalisation des projets de raccordement de nombreuses localités au réseau du gaz naturel. L’orateur réfute, au passage, l’idée que la lenteur des chantiers relevant de son secteur est due au défaut de paiement des entreprises en charge de la réalisation des projets lancés. « L’Etat ne doit à aucune entreprise une dette. Elle a réglé tous les arriérés de paiement en 2016 », a-t-il souligné. Il faut noter que le ministre Guitouni a eu à visiter, après cette réunion de travail, plusieurs projets inscrits à l’indicatif de la wilaya de Béjaïa, dont celui du port pétrolier, les opérations de raccordement de pas moins de 22.320 foyers d’ici la fin de l’année en cours.<