C’est la première fois, depuis longtemps, que la fête du Mouloud se déroule dans un calme relatif.  En effet, les habituelles explosions de pétards n’ont pas tellement résonné cette fois, ou presque. Les attroupements de jeunes enfants qui, souvent, s’amusent à se faire peur ou à provoquer  les passants avec leurs pétards, n’ont, cette fois-ci, pas eu lieu avec la même intensité.

Les Algérois auront vécu une nuit relativement calme, avant-hier, pour la première fois depuis une décennie, quand était «autorisée tacitement» la vente des pétards au su et au vu de tout le monde. En effet, la pluie qui a commencé à tomber sur la ville, juste au moment où les gamins devaient commencer, comme à l’accoutumée, à préparer leurs pétards pour les lancer vers tout ce qui bouge et les fenêtres des habitations, conjuguée à un froid glacial, a vite fait de décourager plus d’un à sortir de la maison, si ce n’est pour contempler cette pluie qui tombait, en silence, du ciel. Que ce soit à l’Est, à l’Ouest ou même au Centre de la capitale, à savoir les quartiers de Bab El-Oued et la Place des Martyrs, le calme régnait. Et c’est le constat qui a été fait lors d’une tournée nocturne avec les services de la Protection civile d’Alger. Nous avons suivi les nombreuses interventions des pompiers algérois cette nuit plus ou moins «tranquille». Malgré cela, ces derniers ont eu beaucoup à faire. Les bruits, les couches de fumée et tout le brouhaha de ces manifestations sont devenus habituels pour les familles algériennes en cette période. Et chaque année, c’est aussi des centaines de blessés recensés suite à ces «jeux» qui mettent à feu, et parfois à sang, tout le pays. Mais pas cette année. Le bilan de la direction générale de la Protection civile indique que les secours ont effectué plusieurs interventions pour l’extinction de 13 incendies sur le territoire national dont certains sans gravité. Au niveau d’Alger, plus de peur que de mal. En effet, pour la capitale, on dénombre 9 incendies dont le plus grave était celui d’une baraque à Hussein Dey. Fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer. Notre guide et accompagnateur, le sous-lieutenant Kamel Sadek, porte-parole de la DPC d’Alger, nous explique que «ce sont des bougies qui ont causé l’incendie». Côté blessés, on dénombre quelques-uns, mais sans gravité.
Des campagnes et… des résultats
Ainsi, la capitale a célébré la fête du Mouloud dans le calme, loin du vacarme assourdissant que provoquent les pétards et les produits pyrotechniques. La campagne de sensibilisation menée par la Protection civile, les services sécuritaires ainsi que les imams contre l’utilisation des pétards durant la fête du Mouloud a porté ses fruits. Pour la première fois, la wilaya d’Alger célèbre la naissance du Prophète Mohamed (QSSSL) dans le calme.
Quelques pétards par contre ont été entendus çà et là, mais il faut dire aussi que si les produits pyrotechniques ne retentissent plus comme avant, l’honneur revient aux services de sécurité qui ont traqué les revendeurs en saisissant des quantités importantes sur les marchés.
Les citoyens qui ont apprécié cette campagne contre l’utilisation et la vente de ces produits prohibés estiment qu’il faut l’étendre jusqu’à la pénalisation de son utilisateur et son importateur. La vigilance des services de sécurité a permis, également, la mise en échec de tentatives de commercialisation de ces produits. Des descentes ont été menées dans plusieurs quartiers de la capitale, appuyées par les unités spéciales de la police, à savoir les Brigades de renseignement et d’investigation (BRI). Résultat, les revendeurs de pétards «habitués» à ce commerce saisonnier ont disparu de certains quartiers populaires à quelques jours de la fête.
Plus de 72,1 millions de pétards saisis en 2018
Plus de 72,1 millions d’unités de produits pyrotechniques ont été saisies durant l’année 2018, selon des bilans élaborés par les Douanes algériennes, la Gendarmerie nationale et la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Dans le détail, les Douanes algériennes ont saisi 62,2 millions d’unités, la Gendarmerie nationale 7,5 millions d’unités et la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) 2,3 millions d’unités.
Intervenant devant la Commission des finances de l’Assemblée populaire nationale, le directeur général des douanes, Farouk Bahamid, avait relevé récemment que plus de 62 millions d’unités de produits pyrotechniques avaient été saisies durant les neuf premiers mois de 2018, en hausse de plus de 189 000 unités par rapport à la même période de 2017.
Le bilan communiqué par la Gendarmerie nationale fait état de 7,5 millions d’unités de produits pyrotechniques et de pétards de différents calibres saisies de janvier jusqu’au 17 novembre 2018.
Le nombre d’unités de produits pyrotechniques saisies au 18 novembre, a atteint 2 281 755 unités, a précisé dimanche la DGSN, ajoutant que
810 personnes impliquées dans ce commerce illicite ont été arrêtées.
Quant au nombre d’affaires enregistrées, il s’élève à 628, a souligné la même source.