La concurrence s’intensifie dans nombreux compartiments en équipe nationale. Si la bataille dans le milieu s’annonce impitoyable avec de nombreux joueurs qui affichent une belle forme, il y a aussi la hiérarchie des keepers qui pourrait subir des modifications. Du moins pour la prochaine date FIFA de mars. Alexandre Oukidja devrait être titulaire, selon les données actuelles et sachant que Raïs M’Bolhi, numéro 1 habituel, est à court de forme car revenant d’une blessure assez sérieuse.

M’Bolhi touché au genou. Il ne devient plus intouchable. Surtout que, derrière, Oukidja a annoncé son intension de lui donner du fil à retordre. Et comme ce dernier réaliser des prestations qualitatives depuis presque deux ans, supplanter le Raïs de son fauteuil de numéro 1 devient une forte probabilité.
Certes, M’Bolhi a toujours était important car il fait partie de la colonne vertébrale de l’EN. A partir de là, cette omniprésence rend la critique délicate et difficile tant on voit s’y mêler sentimentalisme et émotion. M’Bolhi s’est approprié les gants du titulaire au sein des Verts. Sa seule « coupure » était lors du passage calamiteux de Rabah Madjer sur le banc algérien.

Le poste de numéro 1, une ambition affichée
Une mise à l’écart de courte durée puisque Djamel Belmadi l’a vite remis comme titulaire du poste. Décision importante tant le portier, qui a concédé 71 buts à l’international, a su dirige la défense lors de la CAN-2019 remportée en Égypte grâce, il faut le rappeler, à une dernière ligne solide qui n’a concédé que 2 buts. Toutefois, on peut craindre que son niveau ne soit plus le même désormais.
Ce manque de sérénité a certainement était constaté par Oukidja qui ne cache pas son intention de convaincre Belmadi qu’il peut faire plus que dépanner.
« Le poste de numéro 1 ? Oui c’est une ambition mais j’ai un grand respect pour mes concurrents qui sont devant moi. Je les ai beaucoup regardés au début, maintenant que j’ai quelques rassemblements derrière moi on se parle normalement. Je travaille au FC Metz pour être performant afin d’espérer faire quelques matches en sélection mais il y a de la concurrence », avait-il reconnu.

La constance d’Alexandre et l’absence de Raïs
On parle là d’un keeper qui a même était mis dans l’équipe-type européenne de la saison 2019-2020 par les boites spécialisées dans le « rating » des joueurs. C’est pour relever la qualité de Messin. A 32 ans, il sait que c’est le moment où jamais de soigner son compteur apparitions avec l’EN bloqué à 3 capes. L’opportunité lui sera fort probablement donnée lors des sorties contre la Zambie et le Botswana en fin du mois pour le compte des éliminatoires de la CAN-2021 pour laquelle les Fennecs sont déjà qualifiés.
Ayant disputé 26 des 28 rencontres du FC Metz cette saison, l’ex-portier du RC Strasbourg est bien en jambes. Tout le contraire de M’Bolhi qui a manqué les 11 dernières sorties d’Al-Ettifaq en raison d’une blessure au genou. S’il était de retour aux entrainements il y a quelques jours, il n’était pas suffisamment prêt pour jouer contre le Taawon et empêcher la défaite (0-3) des siens il y a 5 jours.
Pas la plus rassurante des formes pour empêcher le sélectionneur Djamel Belmadi de recourir à Oukidja pour les deux prochains tests en attendant le retour de M’Bolhi au premier plan.