Au lendemain des passages à tabacs observés lors des marches pacifiques d’hier, à Alger, et dont ont été victimes plusieurs personnes, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah-Eddine Dahmoune, a tenu à défendre les services de sécurité en évoquant des « menaces gravissimes (…)déjouées « . C’était dans une déclaration à la presse, en marge de l’inauguration d’un nombre de structures sécuritaires, à Blida, en compagnie du Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelkader Kara Bouhadba. Tout en évitant de mentionner le matraquage des manifestants,

Lire l’article de « Reporters » en cliquant ICI

le ministre a précisé que ces menaces « seront dévoilées ultérieurement par le Directeur général de la Sûreté nationale » sans donner de date. Le ministre a justifié ce non dévoilement de ces faits graves par la crainte d’être « accusé de vouloir alarmer les citoyens« !

Plus de détails dans nos prochaines éditions