Djamel Belmadi, sélectionneur national, compte bien renforcer son effectif et le rajeunir afin de repartir pour un nouveau cycle. Manque de qualité du label local oblige, il est contraint de se tourner vers les binationaux. Ainsi, Amine Gouiri (22 ans) pourrait être un choix intéressant pour l’attaque des « Fennecs ». Ainsi, Djahid Zefizef, président de la Fédération algérienne de football (FAF), a évoqué cette piste sans pour autant affirmer qu’il y avait des contacts à un stade avancé. Pour sa part, le sociétaire du Stade Rennais FC a répondu à cet intérêt avec des expressions qui cachent un dédain consternant.

Par Mohamed Touileb
Zefizef devra réfléchir par deux fois avant de se prononcer sur un dossier des plus compliqués et délicats à traiter et évoquer. En effet, il n’est pas admissible qu’un footballeur réponde à l’intérêt de l’Algérie d’une manière qui laisse croire qu’on parle d’un club de division d’honneur.
Lors de son passage à la Radio Chaîne III vendredi matin, le patron de la FAF a répondu à des questions sur le contrat de Djamel Belmadi mais aussi les renforts à venir au sein des « Verts ». S’il a indiqué que les arrivées de Rayan Aït Nouri et Houssem Aouar sont en bonne voie, il a lâché un « pas encore » pour ce qui est de Gouiri.

Il se fie à « l’instant » présent
Et on croit comprendre qu’il se devait tout simplement d’écarter cette piste au lieu de laisser penser qu’il y avait des discussions avec le produit de l’Olympique Lyonnais. En tout cas, le hasard a voulu que l’avant-centre soit présent, le jour même, en conférence de presse d’avant-match de Ligue 1 UberEats entre son club et Clermont Foot 63. Et la question sur une approche de la partie algérienne lui a été inévitablement posée. Sa réponse était sans équivoque. « Je ne suis pas au courant », a-t-il assené, allant jusqu’à assurer que c’était un non-sujet pour lui. En outre, le concerné s’est dit plus concentré sur sa carrière avec les « Bleuets ». « Pour l’instant je suis en équipe de France espoirs. On a l’Euro en fin de saison à préparer. Aujourd’hui je me concentre sur le Stade rennais », précise-t-il. Comme nous l’avions déjà révélé, l’avant-centre de 22 ans va d’abord jouer le Championnat d’Europe « espoirs » l’été prochain (21 juin au 8 juillet 2023) conjointement organisé par la Roumanie et la Géorgie. Après ce rendez-vous, il pourrait peut-être reconsidérer ses plans à l’international.

La FAF devra revoir sa com’ sur les binationaux
En tout cas, Didier Deschamps a officiellement prolongé jusqu’en 2026 avec l’équipe de France. Et cela n’est pas vraiment fait pour maximiser les chances de Gouiri pour débarquer chez les « Bleus ». Dès lors, il sera probablement contraint de mettre de l’eau dans son vin dans l’avenir et se sentira soudainement plus proche de l’Algérie une fois les portes des « Tricolores » fermés devant lui. Somme toute, la FAF devrait revoir sa manière de communiquer sur ce dossier afin que les binationaux n’aient pas l’impression d’avoir un coup d’avance et que l’Algérie devra les attendre jusqu’à ce qu’ils se rendent comptent que leur premier choix sportif, à savoir la France, n’est plus accessible. Comme nous l’affirmions la semaine dernière, Gouiri en Algérie, ce n’est pas encore d’actualité. En tout cas, pas avant l’EURO-2023 ‘’espoirs‘’. Pour l’après, tout pourrait aller très vite. Mais il est évident que le préjudice de sa sortie médiatique après les propos de Zefizef persistera. n