En dépit de la reprise des vols internationaux, la compagnie nationale Air Algérie restera encore dans une situation financière critique si ses responsables ne se démènent pas pour en sortir au plus vite.

Par Bouzid Chalabi
Dans cette perspective, le ministre des Transports, Aïssa Bekkai, s’est réuni jeudi avec les cadres dirigeants du pavillon national. Et où, à cette occasion, plusieurs points inhérents à la situation actuelle de la compagnie et ses projets de restructuration ont été soulevés. Mais c’est le plan d’action proposé par Air Algérie, relatif à l’augmentation du nombre de vols dans le cadre de son nouveau programme de vols internationaux, adopté le 28 août dernier, qui a pris la part du lion lors de cette réunion.
Réunion où il a concédé que «le nouveau programme de vols a contribué de manière significative à alléger la pression sur la compagnie et à reprendre progressivement son activité», est-il mentionné dans un communiqué du ministère des Transports. On apprend que durant ce rendez-vous, il a été soulevé le plan de travail proposé par Air Algérie après avoir augmenté le nombre de ses vols dans le cadre du nouveau programme approuvé le 28 août, ce qui a contribué de manière significative à alléger la pression sur la compagnie et à reprendre progressivement son activité. On lit par ailleurs que les charges importantes et non réductibles de l’entreprise, telles que la masse des salaires, la maintenance des avions et les dépenses en devises fortes à l’étranger, ainsi que la récession mondiale connue de l’activité de transport aérien pèsent lourdement sur la compagnie. «Pour s’en défaire en partie, cela va dépendre des opportunités de développement de la société nationale. Lesquelles restent tributaires d’une aide urgente de l’Etat, seul moyen de préserver son activité», est-il évoqué. Sur ce point, le ministre a, pour sa part, souligné la nécessité de rationaliser les dépenses et d’appliquer les instructions du gouvernement notamment en ce qui concerne la restructuration de son activité, en particulier à l’étranger. Il a appelé à revoir certains textes juridiques et réglementaires encadrés pour cette activité et à les rendre plus flexibles, en ouvrant une large discussion avec tous les clients et acteurs dans le domaine de l’aviation civile. A propos de certaines charges financières encourues par Air Algérie au niveau des vols intérieurs ; en raison du soutien à la tarification des billets, Aïssa Bekkaï a promis de lever tous les obstacles pour permettre à la compagnie de percevoir ce qui lui revient comme dû afin que la pression financière à laquelle elle est soumise s’allège.
Notons que le ministre a appelé les responsables du pavillon national à redoubler d’efforts afin d’accroître la performance du transporteur aérien et améliorer les services fournis à sa clientèle tout au long de son activité. Leur rappelant enfin que le coût de la maintenance de la compagnie s’élève à des montants importants en devises et qu’il faudra revoir à la baisse, compte tenu de la baisse des recettes extérieurs du pays.