Les cours du baril de pétrole pourraient chuter jusqu’à 40 dollars à la fin 2019 en cas de non reconduction de l’accord de réduction Opep-non Opep, conjuguée à une poursuite de la hausse de production aux Etats-Unis, selon un rapport de la banque centrale de Russie.

« Si les accords (ndlr, relatifs à la diminution de la production de pétrole) ne sont pas reconduits après l’année 2018 et si la production continue à augmenter aux Etats-Unis, il est fort probable qu’à la fin 2019, les prix (du pétrole) tombent à 40 dollars le baril », note le rapport, ajoutant que « ces cours de pétrole pourraient alors se stabiliser à ce niveau ». Le 30 novembre dernier à Vienne, l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) et des pays producteurs non membres avaient décidé de prolonger jusqu’à la fin de 2018 leur plafonnement de production destiné à réduire les stocks mondiaux et à stabiliser le redressement des prix. Les signataires avaient toutefois laissé entendre que l’accord pourrait être rompu plus tôt que prévu en cas de surchauffe du marché.