Par Mohamed Touileb
Certes, Djamel Belmadi a réintégré Andy Delort dans ses plans. Et ce après avoir envisagé de l’écarter définitivement de l’équipe nationale. Si le coach lui a rouvert les portes de la sélection, ce n’était pas sans exiger que le sociétaire de l’OGC Nice fasse des excuses publiques au peuple algérien. Le joueur a scrupuleusement suivi cette démarche en regrettant son attitude envers l’EN en octobre écoulé.
Le comeback de Delort chez les Verts est donc définitivement acté puisque c’est la chaîne officielle de la Fédération algérienne de football (FAF) qui lui a fait le podcast. En juin dernier, il y avait déjà les signaux de sa réhabilitation avec les Fennecs. En effet, Belmadi a passé l’éponge en annonçant qu’il pourrait porter de nouveau la tunique algérienne.
Toutefois, conscient que l’attitude de l’ancien sociétaire du Montpellier HSC avait déplu à de nombreux Algériens, le driver de l’EN a demandé à l’attaquant de faire son mea-culpa solennel. « Déjà, je tiens à m’excuser auprès du public algérien par rapport à mon manque de communication. J’avais signé un long contrat avec Nice et il y avait beaucoup de concurrence et un club plus ambitieux que Montpellier », implore Delort dans une vidéo postée ce jeudi par la chaîne YouTube de la FAF.

Tourner la page et aller de l’avant
En outre, il explique avoir « pris la décision trop rapidement en cachant des choses au coach (Belmadi NDLR) par rapport à un problème personnel qui a fait que je ne pouvais pas partir si loin de ma famille. J’ai mis du temps à le dire au coach et dès qu’on en a discuté, il m’a dit que j’aurais dû être plus clair avec lui et plus franc. Peut-être que ça ne se serait pas passé comme ça », non sans réitérer ses excuses « au peuple algérien et je languis de rejouer pour leur montrer tout l’amour que j’ai pour ce maillot et pour ce pays ».
Ainsi, près d’un an après avoir demandé à mettre sa carrière internationale entre parenthèses pour une durée… d’un an, le Niçois revient chez les Fennecs. Cela intervient après la non-qualification en Coupe du monde 2022 au Qatar. Lors de cet échec face au Cameroun en mars dernier, il était absent. Toutefois, il reconnaît que « comme tout le monde, je regardais ce match et ça m’a fait énormément mal. Parce que je voyais déjà la participation au Mondial dans les dernières secondes. Je l’ai mal vécu ». Pour le futur, le pensionnaire du Gym note que « maintenant, il faut se relever. On l’équipe pour et on va tout donner pour se qualifier à la CAN et repartir de plus belle ».
Fin de la plaidoirie et réinsertion footballistique amorcée puisque le fer de lance est dans la liste finale des 23 internationaux concernés par les matchs de septembre contre la Guinée et le Nigeria.