Finalement, il ne sera pas là pour la date FIFA de septembre. Houssem Aouar a définitivement choisi de porter les couleurs de l’Algérie à l’avenir. Toutefois, le milieu de terrain ne fera pas partie des deux prochaines sorties amicales contre la Guinée et le Nigeria. Le pensionnaire de l’Olympique Lyonnais, qui n’a pas beaucoup joué depuis le début de la saison en raison d’une blessure sérieuse, veut revenir dans une forme optimale par respect à la sélection algérienne qu’il veut représenter plus que jamais.

Par Mohamed Touileb
Comme nous l’annoncions dans nos précédentes livraisons, il est bel et bien dans les plans de Djamel Belmadi. Houssem Aouar sera international algérien. Et c’est une certitude. Cependant, une source fiable nous apprend que le Rhodanien a informé Djahid Zefizef, président de la Fédération algérienne de football (FAF), et l’entraîneur Djamel Belmadi qu’il viendra à compter du mois de novembre.
En effet, n’ayant fait qu’une apparition et avec 30 minutes de jouées depuis le début de la saison en raison d’une blessure à la cheville, le joueur de 24 ans n’a pas de matchs dans les jambes. Il ne voulait pas débarquer en méforme. Avant de venir chez les « Fennecs », il compte retrouver une place dans le secteur médian des Olympiens avec lesquels il est lié jusqu’en juin prochain. Selon les derniers échos, la direction envisage de lui offrir une prolongation de contrat de deux ans.

Trois ans après, Belmadi a digéré
Pour revenir à son avenir international, on note que tout a commencé en mai dernier lorsqu’il est venu passer quelques jours à Beni Saf, sa ville d’origine. A partir de là, il y a eu des bruits de couloir qui affirmaient que ce rapprochement était aussi lié à son nouveau plan de carrière. Les contacts avec la FAF ont été établis. La volonté de venir jouer pour l’Algérie est concrétisée par les démarches entreprises afin de changer la nationalité sportive. Pour rappel, Aouar a déjà porté les couleurs de l’équipe de France « seniors ». C’était à l’occasion d’un match amical joué le 07 octobre 2020 face à l’Ukraine.
Avant ces débuts avec les « Bleus », Belmadi a voulu rencontrer le joueur. Alors âgé de 20 ans et en plein boom de sa carrière professionnelle, il s’était contenté de charger son frère de rencontrer le driver des « Verts » à Lyon il y a trois ans, ce qui avait fortement contrarié le sélectionneur. Malgré ce manque de considération, ce dernier n’a pas voulu se montrer rancunier, privilégiant l’intérêt de la sélection.

Déterminé à se racheter et briller avec l’Algérie
En effet, le driver d’« El-Khadra » sait que le Rhodanien constitue un renfort qualitatif dans le milieu de terrain. De son côté, conscient de la seconde chance que Belmadi lui offre, Aouar est déterminé à se racheter et représenter le pays de ses origines.
L’idée est qu’il rejoue quelques matchs et retrouve la plénitude de ses moyens avant de déposer les voiles chez les « Guerriers du Désert ». A priori, la venue est programmée pour le mois de novembre prochain. Aouar envisage de retrouver la sélection algérienne en France où devrait se tenir le duel face à la Suède le 19 dudit mois à Marseille.
Ainsi, il pourrait avoir le temps de s’intégrer sans pression avant d’attaquer les choses sérieuses en mars prochain avec la poursuite de la campagne de qualification de la CAN-2023. On peut donc l’affirmer désormais, Aouar sera incessamment « Fennec ». De quoi donner plus de consistance au milieu de terrain Dz. Sa collaboration avec le prodigieux Ismaël Bennacer promet d’être étincelante.