Au deuxième jour du lancement de la campagne de vaccination anti-Covid-19, hier, c’est la wilaya d’Alger qui a été choisie pour avoir ses premiers vaccinés, après un lancement officiel symbolique depuis la wilaya de Blida samedi. A cette occasion, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, qui s’est fait vacciner, a voulu rassurer quant aux interrogations concernant les quantités de vaccins que l’Algérie pourrait importer, sachant qu’une véritable bataille est livrée au niveau mondial pour l’acquisition de l’antidote contre la pandémie de coronavirus.

«La quantité de vaccins que nous allons importer sera suffisante tout au long de cette année», a-t-il affirmé, ajoutant que «la campagne de vaccination ne va pas se dérouler sur une ou deux journées, mais elle va s’étaler sur toute l’année en cours». L’Algérie a ses «traditions dans les campagnes de vaccination, il faut que ça soit une opération ordinaire». C’est ainsi que s’est exprimé le Premier ministre pour expliquer que «la vaccination se fera de façon progressive, comme cela se fait dans tous les autres pays», juste avant de recevoir une dose du vaccin russe Spoutnik V devant les caméras, au niveau d’une polyclinique au quartier Les Sources, après avoir attendu son tour en conversant, dans la salle d’attente, avec d’autres citoyens venus, eux aussi, se faire vacciner.
«Nous sommes enfin arrivés à l’étape de vaccination et il reste encore d’autres phases, c’est pourquoi nous devons continuer à respecter les protocoles sanitaires et les mesures de prévention tant que cette pandémie est encore là», a conclu le Premier ministre.
Accompagnant M. Djerad, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, Djamel Fourar, a annoncé, quant à lui, que «la distribution du vaccin contre le nouveau coronavirus se fera à partir d’aujourd’hui (hier, ndlr) au niveau des wilayas du pays qui sont durement touchées par la pandémie et qui ont enregistré le plus grand nombre de cas de décès et de contaminations à ce jour». Viendra ensuite le tour de l’ensemble des wilayas du pays sans oublier les zones enclavées et les zones d’ombre. Pour ces dernières, il a précisé que des équipes médicales mobiles ont été prévues pour la campagne de vaccination et que c’est un objectif qui a été communiqué à tous les directeurs de la santé et de la population au niveau des 48 wilayas pour assurer le bon déroulement de l’opération.

L’organisation pas très claire
Des directives ont également été données pour le stockage du vaccin et «tous les moyens logistiques ont été mis à la disposition de l’ensemble des wilayas pour conserver l’anti-Covid-19 et l’offrir dans de bonnes conditions aux personnes éligibles» à la vaccination.
Ce dernier point soulève justement moult questionnements quant à son organisation. En dépit du fait que les catégories prioritaires des personnes à vacciner sont connues, à savoir les personnels de la santé, les personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que les malades chroniques, il n’en demeure pas moins qu’on ignore toujours comment cela va-t-il se passer sur le terrain. S’il est indéniable que des listes doivent être d’abord établies pour pouvoir vacciner, il n’y a
cependant pas de directives précisant le mode d’établissement de ces listes. Par qui et quand commencer ? Comment les personnes concernées peuvent-elles s’inscrire ? Est-ce sur internet ? Est-ce en se déplaçant au niveau des centres de vaccination ? Est-ce en ayant recours, pour les malades chroniques, au fichier de la Caisse nationale de sécurité sociale ? Comment va-t-on les contacter ensuite ? Et dans l’ensemble des catégories prioritaires, par laquelle commencer ? Ce sont autant de questions et bien d’autres qui doivent être bien définies et auxquelles des réponses claires sont attendues.

Le vaccin d’AstraZeneka-Oxford arrive aujourd’hui
Par ailleurs, le vaccin d’AstraZeneka-Oxford, devant arriver hier après-midi à l’aéroport international d’Alger, connaît un léger retard et devrait être réceptionné aujourd’hui, sauf imprévu de dernière minute. Ce retard est dû à «un problème technique survenu au niveau de la société turque devant assurer son acheminement» jusqu’en Algérie. C’est l’explication donnée aux médias qui se sont déplacés sur les lieux pour assister à l’événement, ajoutant que le transport sera finalement assuré par une société qatarie.
Il convient de noter, sur un autre registre, que le Croissant-Rouge Algérien (CRA) envisage de vacciner les migrants africains sur le sol algérien. Sa présidente, Saïda Benhabilès, a fait savoir qu’elle a adressé une correspondance au Croissant-Rouge International dans laquelle elle lui demande de mettre à disposition des quantités de vaccins anti-Covid-19 pour ces migrants afin d’éviter que la pandémie ne se propage parmi eux. Elle a, également, annoncé avoir reçu des promesses de grands laboratoires et que de nombreux bénévoles du CRA, entre médecins, infirmiers et autres, se sont dits prêts à se charger de l’opération de vaccination, en coordination avec le ministère de la Santé.
Afin de réussir la campagne vaccinale dans le pays, le département de Abderrahmane Benbouzid a lancé, hier, un appel à tous les citoyens à «interagir positivement avec le lancement du processus de vaccination contre le Covid-19». Il a rappelé, dans un communiqué, que cette opération sera «effectuée progressivement et concernera toutes les wilayas sans exception», soulignant que «tous les médecins et professionnels de la santé sont prêts pour son succès». Plaidant pour la vaccination, il a rappelé que de nombreuses épidémies et maladies qui étaient dans le passé un problème de santé ont été éliminées grâce à la vaccination, soutenant que vacciner le plus grand nombre de personnes permet d’atteindre l’objectif qu’est immunité de groupe. <