Les prochains lots de vaccins contre le nouveau coronavirus devraient être réceptionnés dès la dernière semaine du mois en cours par l’Algérie, ce qui permettra d’augmenter, un tant soit peu, la cadence de la vaccination dont le début a été très modeste en raison de la faiblesse des quantités de doses d’antidotes reçues. En attendant, pratiquement partout où l’on va, à quelques exceptions près, le constat est qu’il y a un véritable relâchement de la part de la population en matière de port du masque et de distanciation physique.
Les dernières mesures prises dans le cadre du déconfinement progressif ont été accueillies avec un grand soulagement par la population du fait qu’elles constituent une véritable bouffée d’oxygène. Le revers de la médaille, c’est que les différents allègements ne sont pas accompagnés d’un respect rigoureux des mesures de prévention et des gestes barrières posés, pourtant, comme conditions sine qua non devant être suivis au pied de la lettre.
Le relâchement de la population qu’il est loisible d’observer n’épargne pratiquement aucun lieu public depuis pas mal de temps déjà, bien avant les dernières mesures de déconfinement, même si celles-ci ont été prises en raison de la baisse des cas confirmés et des décès dans le pays. Que ce soit dans les bus, dans les commerces ou encore dans la rue, les masques de protection ne sont plus aussi visibles qu’avant et la distanciation physique non plus.
A titre illustratif, les commerces, qui ont vu les horaires d’ouverture prolongés jusqu’à 21h00, ne sont pas tous respectueux des mesures de prévention. Le constat peut être fait tous les jours par n’importe qui. Il y a certes quelques commerçants qui, lorsqu’ils voient un client entrer sans masque de protection lui demandent de le porter.
Mais une bonne partie d’entre eux ne se soucie guère de ce «détail», alors qu’à l’entrée de leurs magasins ils placardent plein d’affiches mentionnant «interdiction d’entrer sans port de masque» ou «port de masque obligatoire» ou encore que «pas plus de x personnes à l’intérieur du magasin». Sur ce dernier point qui fait référence à la distanciation physique obligatoire, celle-ci n’est pas non plus respectée et seuls les clients soucieux de préserver leur santé ne s’aventurent pas d’y entrer ou lorsqu’ils entrent et voient que les autres personnes font leurs courses sans aucune distanciation et sans masque font tout de suite demi-tour et sortent.
Ce sont des manquements aux mesures de prévention pour le moins inquiétants en raison des conséquences qui pourraient en découler et dont la première est la propagation de la pandémie après une relative accalmie. Ce qui conduira alors inéluctablement à un retour en arrière, à savoir un durcissement des mesures de confinement avec tout ce que cela aura comme conséquences sur la vie quotidienne de tout un chacun. «Le virus circule toujours» comme ne cessent de prévenir les professionnels de la santé et les vies qu’il continue de faucher portent chacune un «nom» et ont toutes laissé derrière elles des personnes qui continuent de les pleurer. Les plus de 2.900 décès enregistrés dans le pays depuis le début de la pandémie c’est plus de 2.900 familles endeuillées. Le confinement a donné «de bons résultats», ce qui a conduit à son assouplissement, et la «situation épidémiologique stable» aujourd’hui peut ne plus l’être si le relâchement persiste.
La stabilité de la situation tributaire des gestes barrières
Les mises en garde des spécialistes et appels à la vigilance qu’ils lancent versent toutes dans ce sens. «Il est fort possible qu’une résurgence de la pandémie survienne d’un moment à l’autre», estime le Pr Djamel Eddine Nibouche, chef de service cardiologie au CHU Nafissa-Hammoud, en guise d’avertissement quant au relâchement et au manquement du respect des gestes barrières. Il poursuit en affirmant qu’il faut faire «très attention» devant la «forte probabilité qu’il y ait un changement du comportement du virus actuel qui circule en Algérie par l’introduction d’une variante venant d’un pays voisin». Il soutient, ainsi, la nécessité de continuer d’observer le strict respect des mesures de prévention pour «empêcher une nouvelle vague de contamination» en attendant d’«élargir à grande échelle la campagne de vaccination». Le Dr Mohamed Yousfi, chef de service des maladies infectieuses à l’EPH de Boufarik, a lui aussi mis en garde affirmant que «le coronavirus continue de circuler» et qu’«en attendant de nouvelles doses de vaccins, il faudra maintenir les gestes barrières et l’ensemble des mesures de prévention». Pour lui, la situation épidémiologique stable est «tributaire du respect des gestes barrières qu’il faut continuer d’observer afin de continuer à faire baisser les chiffres ou à les stabiliser au moins». Cela pour «éviter la recrudescence que nous avons connue l’année dernière».
«Nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle flambée, comme cela s’est passé ailleurs. Les citoyens doivent rester vigilants et respecter les mesures de prévention et les pouvoirs publics doivent aussi veiller à les faire respecter», a-t-il souligné.
Le Pr Ryad Mahyaoui, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, tente aussi de sensibiliser et d’alerter sur tout relâchement en attendant que la vaccination se poursuive. «A partir de la semaine prochaine, il y aura de nouveaux lots de vaccins qui vont arriver de façon progressive et la vaccination sera également progressive sur toute l’année… Je pense que dans trois mois on récoltera les bienfaits de la vaccination», a-t-il estimé. Cependant, avant que ces trois mois soient écoulés, force est de constater que la situation épidémiologie stable actuellement pourrait être fortement impactée par le relâchement en matière de respect des gestes barrières et de l’ensemble des mesures de prévention.