Une série de décisions sont tombées ces derniers jours à une vitesse surprenante. Le sujet, ici, concerne celles touchant à l’économie du pays et en relation avec plusieurs secteurs. Les exemples sont nombreux. Il y a ainsi celle de l’autorisation pour les «particuliers résidents» d’importer des véhicules de tourisme de moins de trois ans d’âge. Encore un énième rebondissement sur ce dossier qui a fait couler trop d’encre. Néanmoins, cette fois, il ne s’agit pas d’une décision ministérielle. C’est noir sur blanc dans la loi des finances complémentaires pour 2021, publiée au dernier Journal Officiel. Une différence de taille par rapport aux nombreuses tergiversations qu’ont suscitées ces importations si «médiatiques». Reste à savoir quand, exactement, il y aura ces voitures si demandées. Les spéculations ont d’ailleurs commencé et déjà le mois de septembre est annoncé comme «démarrage éventuel de l’opération».
Du côté ministériel, il y a l’annonce, faite hier, par celui du Commerce concernant la délivrance de licences exceptionnelles à une certaine «catégorie» d’opérateurs économiques -ceux qui n’ont pas encore obtenu un certificat de respect des conditions et des modalités requises pour exercer l’activité d’importation de matières premières.
Voilà donc au moins deux nouvelles qui, sans aucun doute, font plaisir à tous les concernés par l’impact. Une facilitation qui survient – ce que personne ne peut nier – juste avant les élections législatives. Afficher de bonnes dispositions pour inciter plus de citoyens à aller aux urnes et ainsi espérer augmenter le taux de participation. En montrant sa «souplesse» et sa capacité de faire des concessions, le gouvernement espère ainsi contribuer à la réussite de ce rendez-vous électoral crucial à plus d’un point ! Peut-être…
La question qui s’impose est ce qu’il adviendra après les résultats des élections législatives. N’est-il pas question d’un nouveau gouvernement ? Ce dernier ne se retrouvera-t-il pas finalement devant le fait établi ? Que fera le nouvel exécutif (s’il est créé) face à toutes les décisions prises auparavant ? C’est juste quelques interrogations des nombreuses questions que suscite, depuis quelque temps, la nouvelle donne qu’engendrerait le prochain scrutin.