Après avoir opté pour la France en 2020, Houssam Aouar serait tenté par jouer pour l’Algérie. Le milieu de terrain ferait partie des potentiels renforts évoqués par Djamel Belmadi récemment. L’éventualité de le voir changer de tunique suscite la polémique de l’autre côté de la Méditerranée. Et avant même d’officialiser une arrivée chez les « Verts », le sociétaire de l’Olympique Lyonnais a fait l’objet d’attaque de Rothen dans son émission « Rothen s’enflamme » sur les ondes de RMC.

A croire qu’on n’a pas le droit de changer d’avis et qu’un choix peut condamner définitivement. Si des Algériens ne souhaiteraient pas voir Aouar vêtir le maillot d’« El-Khadra » après avoir endossé celui des « Bleus », en France, il y a ceux qui ne comprendraient pas pourquoi le footballeur switcherait pour l’équipe nationale d’Algérie.

Des vérités maladroites

Ainsi, Rothen, chroniqueur et ancien international français, estime que « quand tu fais toute ta formation en France, que tu joues pour l’équipe de France dans les catégories plus jeunes et que tu changes ta décision après une sélection en amical, ton choix ne peut être considéré comme assumé ». Avec ces propos, l’ex pensionnaire de l’AS Monaco essaie d’embarrasser Aouar en lui rappelant ses choix et son parcours. Deux choses que le concerné connaît parfaitement. Mais Rothen ne s’est pas arrêté là car il a basculé dans une sorte de dénigrement. Même si ce qu’il a dit renferme certaines vérités. Et on doute fort qu’Aouar n’ait pas déjà considéré cet aspect. En effet, le chroniqueur a estimé qu’« au début, et pour les questions sportives, Houssam Aouar a choisi de porter les couleurs de l’équipe de France. Il ne faut pas avoir honte de le dire ; dans le monde de football actuel, un international qui joue pour une sélection européenne est mieux valorisé qu’un autre international qui joue avec une sélection de continent africain ». Le constat est en parfaite corrélation avec la réalité du marché des transferts.

« Mental fluctuant »

Toutefois, si le joueur veut encourir ce préjudice, cela relève de ses intimes conviction et volonté. « Si j’étais Algérien et qu’il joue pour l’Algérie, je n’aurais pas aimé qu’il change d’avis en cours de carrière », a argumenté Rothen non sans penser que le fait qu’Aouar décide de représenter les « Fennecs » prouvera que « il a un mental fluctuant, ce n’est pas un grand battant. Pour moi c’est un aveu de faiblesse ». Tout cela parce que celui qui est venu passer une partie de ses vacances en Algérie a décidé de se rapprocher un peu plus de son pays d’origine. En tout cas, Djamel Belmadi, sélectionneur de l’EN, lui a ouvert les portes à lui et tous les joueurs qui ont la double nationalité sportive. Et ce n’est pas l’avis de Rothen qui décidera du destin international d’Aouar.