Alors que des renforts avec des binationaux sont attendus pour la date FIFA de mars, les spéculations sont nombreuses concernant les noms qui sont susceptibles de venir chez les « Verts ». Parmi eux, il y a celui de Rayan Cherki, pépite de l’Olympique Lyonnais. Information prise, le « Gone » n’est absolument pas concerné par une arrivée en Algérie. Du moins, pas sur le court terme.

Par Mohamed Touileb
Djamel Belmadi envisage bel et bien de rajeunir l’effectif d’« El-Khadra » pour repartir avec un nouveau cycle sachant qu’il vise une participation à la prochaine Coupe du Monde qui se tiendra en 2026. Face à l’évidence qui veut que le football local ne produit toujours pas des éléments de qualité, il y a toujours cette obligation de se tourner vers l’autre côté de la rive pour tenter de dénicher et convaincre des joueurs pouvant avoir la nationalité algérienne de représenter l’EN.

Les standards de Benzema
Si Farès Chaïbi, Rayan Aït-Nouri et Houssem Aouar sont enclins à jouer pour les « Fennecs », d’autres jeunes n’éprouvent pas franchement le même intérêt. Parmi eux, il y a Amine Gouiri mais aussi Rayan Cherki qui revient au premier plan avec l’Olympique Lyonnais ses dernières semaines. Dimanche, pour la réception du RC Lens par l’Olympique Lyonnais, l’attaquant a pu marquer un but et délivrer une passe décisive.
Avec 13 buts en professionnel à 19 ans et 5 mois, il a pu battre le record de précocité de Karim Benzema qui avait réalisé cela à l’âge de 19 ans et 7 mois. Ces temps de passages laissent donc penser qu’on est face à un crack en devenir. Mais, comme le veut la coutume, dans ces cas-là, l’avantage est pour l’équipe de France qui reste plus attractive et influente pour le plan de carrière.

Priorité absolue pour l’équipe de France
En tout cas, on peut dire que le gaucher se retrouve quelque peu dans le même cas de figure que Nabil Fekir en 2017. Rayan Mathis Cherki a grandi et fait ses classes chez les « Gones » et les sélections jeunes en France où il a toujours été surclassé. Il connaît certainement le mode de fonctionnement chez les Rhodaniens. La priorité est toujours l’équipe de France pour avoir une bonne cote sur le marché.
Ce mode d’emploi ne dérangerait pas Cherki qui se voit en mesure de prétendre à une place chez les « Bleus » dans l’avenir. Surtout qu’il a souvent été présenté comme un crack chez les jeunes. Un costume dans lequel il se verrait beau. Trop beau pour jouer avec les Verts.
Par ailleurs, contrairement à Houssem Aouar ou même Nabil Fekir, il ne ressentirait pas de lien particulier avec l’Algérie, pays de sa mère, qu’il n’a justement jamais visité. Pour son plan de carrière, il n’envisage donc pas la case « Fennecs ». Il attendra d’être appelé chez les Tricolores. Surtout qu’il est encore jeune et qu’il a le potentiel pour progresser. Cependant, ses blessures récurrentes risquent de tempérer son ambition si le souci persiste lors des prochaines années.
Pour l’immédiat, c’est impossible
En outre, on croit savoir que Djamel Belmadi pense que le joueur est encore jeune pour pouvoir faire son choix et intégrer l’effectif d’ « El-Khadra ». De plus, il y a du monde devant avec les Billal Brahimi, Youcef Belaïli, Mahrez, Adam Ounas… etc. Il n’a donc jamais vraiment pensé à prendre attache avec lui car il a pu avoir un aperçu sur la conception de carrière du gaucher à travers ceux qui l’ont connu. Pour l’anecdote, Zinédine Zidane l’aurait même mis sur la liste des joueurs à faire venir si jamais il retrouve le Real Madrid.
Par conséquent, on peut affirmer que Cherki ne s’inscrit pas dans les projets de Belmadi sur les court et moyen termes. On dira ça tout en précisant que les choses peuvent aller très vite dans le football. Les chances de voir le Rhodanien porter la tunique algérienne convergent actuellement vers le nul. A moins que… n