Sélectionné pour la Coupe d’Afrique 2021 au Cameroun, Ilyes Chetti n’a pas joué la moindre minute. Et ce malgré une Coupe Arabe FIFA 2021 de qualité qu’il a réalisée avec l’équipe nationale A’. Djamel Belmadi l’a pris pour le tournoi africain sans compter sur lui pour autant. Ramy Bensebaïni, dont le rendement en club est préoccupant ces derniers temps, est le titulaire au poste de latéral gauche. Et, à ce jour, il n’a pas de doublure crédible. Peut-être que la solution est l’expérimenté Faouzi Ghoulam. Notamment quand on sait qu’une Coupe du Monde 2022 se profile potentiellement.

Par Mohamed Touileb
Le 05 septembre 2017, Ghoulam honorait sa 37e et dernière cape avec l’EN. Un incident administratif lié à une blessure a fait que sa carrière internationale soit plombée. Le staff technique de l’équipe nationale, drivé par Lucas Alcaraz et sous influence de certains conseillés malavisés, a insisté pour que le joueur, blessé, se rende à Alger pour une contre-visite. A partir de là, la relation de confiance s’est altérée et la réputation du joueur était entachée.
Spalletti l’aime bien
Pour ne rien arranger, le Napolitain a connu nombreuses blessures dont deux graves au genou. Un souci physique compliqué qui diminue considérablement les capacités d’un footballeur. Malgré cela, l’ancien sociétaire de l’AS Saint-Etienne a été prolongé par son club le Naples SSC avec un contrat qui expire en juin prochain. Les Napolitains n’envisagent, pour le moment, pas d’offrir un nouveau bail au gauche de 31 ans sachant ses antécédents. Malgré cela, Luciano Spalletti le fait jouer de temps à autre et Ghoulam montre un niveau assez appréciable quand il se retrouve sur la pelouse. Depuis l’entame de l’exercice en cours, il a fait 12 apparitions dont 3 comme titulaire pour 304 minutes jouées. Toutefois, son entraîneur a récemment a reconnu qu’il l’a « limité en faisant des choix différents, alors qu’il montre qu’il est un professionnel qui mériterait plus d’attention par son comportement » non sans indiquer être « convaincu qu’il jouera un rôle important dans les matches restants de la saison. Et qu’il aura l’opportunité que je lui ai refusée jusqu’à présent ».

« Comme tous les autres »
Entre les lignes, le technicien italien veut clairement dire que son défenseur a de la place dans ses plans. Est-ce le cas du côté de la sélection ? Difficile d’y répondre car le sentiment de Belmadi est mitigé. En effet, Ghoulam devait être dans l’effectif élu pour la CAN-2019 remportée par l’Algérie en Egypte. Cependant, à l’époque, il avait clairement signifié au driver d’« El-Khadra » vouloir se consacrer au club et se remettre de sa blessure au genou sachant que le risque de rechute était conséquent. Sur cet épisode, Belmadi avait révélé avoir « des contacts avec Faouzi, le suis, je communique. Lorsqu’il avait le genou en vrac j’ai été le voir, c’est rare qu’on voit ce genre de comportements d’un sélectionneur. On a tendu la main mais le retour n’était pas bon ». Toutefois, en octobre écoulé, le coach des « Fennecs » a entrouvert la porte à un éventuel comeback en indiquant qu’« on a suivi Faouzi Ghoulam durant sa rééducation et il faisait partie de la liste élargie avant sa deuxième rupture des ligaments croisés. Il est revenu dans le groupe du Napoli, on va continuer à le suivre comme tous les autres ». L’éventualité de le reprendre n’est pas nulle reste à savoir quand et dans quelles conditions. n