Même si elle aura un autre rendez-vous majeur à animer en janvier prochain avec la Championnat d’Afrique des nations des locaux qui se tiendra en Algérie du 08 au 31 dudit mois, l’équipe nationale A’ ne suscite pas l’intérêt escompté. Chose qui déplait fortement au sélectionneur Madjid Bougherra. Ce dernier n’a pas hésité à faire part de sa frustration vis-à-vis de ce manque d’attention au moment où la majorité des Algériens sont occupés à suivre l’évolution de l’état de l’équipe A récemment traumatisée par la non-qualification en Coupe du Monde 2022.

Par Mohamed Touileb
Ce coup de gueule était lors de la conférence d’après-match et le succès étriqué 1 but à 0 face au Niger en ouverture du tournoi «Four Nations» qui recense la participation du Sénégal, la RD Congo qui complètent le quatuor. Madjid Bougherra n’a pas trop aimé le fait que ses protégés jouent devant des gradins déserts du stade 5 juillet 1962 (Alger). Et il a touché quelques mots aux présents pour faire passer le message.

Le constat amer
Quelque part, cette rencontre a été noyée dans l’actualité prédominée par les informations sur la sélection A que drive Djamel Belmadi. «Depuis 10 jours, personne ne parle de la sélection A’. Les gens parlent seulement des joueurs qu’on n’a pas convoqués… On a joué face à des tribunes vides, on s’attendait pas à ça», a regretté «Bouggy».
Pourtant, les A’ sont assez performants depuis que l’ancien défenseur et capitaine des «Verts» les coache. Le bilan est assez prometteur. Sous ses ordres, les A’ n’ont été défaits qu’une seule fois en 14 rencontres avec 9 victoires, 3 matchs nuls. «Le plus important c’est la victoire, qui nous permet de préserver la dynamique, d’autant que nous n’avons perdu qu’une seule fois (face à la Nouvelle-Zélande 2-1 à Dubaï, ndlr). Il y a beaucoup de choses à faire progresser, surtout dans la possession de balle, il y a des déchets mais il y a du potentiel», l’ancien colosse de la défense des Glasgow Rangers (Ecosse).
Malgré cela, il semble avoir du mal à s’imposer dans le paysage médiatique. On parle tout de même d’un technicien qui a ramené un trophée majeur pour l’Algérie avec la Coupe Arabe FIFA 2021 remportée au Qatar en décembre écoulée. Certes, il s’était aidé avec quelques internationaux de Belmadi évoluant au Golf. Mais ce triomphe porte inévitablement sa griffe puisqu’il était sur le banc des «Fennecs» lors de cette compétition régionale.

Construction sur un terrain glissant
Dès lors, il est recommandé que les A’ ne soient pas «marginalisés» sur le plan médiatique. Actuellement, Bougherra essaie de faire ressortir un noyau dur pour le CHAN-2023 qui se déroulera dans quelques mois. Et il doit faire avec des aléas comme le départ de certains joueurs vers l’étranger. Ce qui les rendra inéligibles et affectera le rendement de l’équipe. On pense ici aux Ghacha, Amoura, Messaoudi et Kadri qui étaient dans ses plans initiaux avant de s’exporter vers l’Europe.
Les variables sont nombreuses pour cette sélection. Bougherra doit se projeter en considérant le potentiel de départ chez certains. A partir de là, et en fonction des échos qu’il a de la part des joueurs qui l’intéressent, il essaie de mettre en place la colonne vertébrale la plus pérenne possible. Et cela peut expliquer certaines absences lors de cette phase de construction pour le CHAN-2023.