Le blogueur et activiste politique Abdellah Benaoum a été libéré hier. La veille, dimanche, le bâtonnier de Sidi Bel-Abbès a introduit une demande de liberté provisoire auprès du Procureur général, laquelle demande a été aussitôt examinée et le verdict était tombé dans la journée d’hier. La demande a été appuyée par des documents attestant la santé fragile du détenu, affaibli par plusieurs jours de grève de la faim qui ont mis sa vie en danger, avons-nous appris. Pour rappel, Abdallah Benaoum a été condamné en avril 2018 à deux années de prison ferme pour outrage au président Abdelaziz Bouteflika. La peine a été confirmée le 6 juin 2018 par la Cour d’appel de Relizane. Pour contester sa mise en détention, Abdellah Benaoum a observé une grève de la faim qui aura duré 83 jours. Il a été placé depuis peu en soins intensifs au Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Sidi Bel Abbès suite à une dégradation de son état de santé. Depuis, plusieurs militants et organisations de défense des droits de l’homme sont montés au créneau pour demander sa mise en liberté, ainsi que nombre d’autres détenus d’opinion qui croupissent dans les geôles. Sa libération, hier, a suscité un grand soulagement chez sa famille, ses avocats et tous les militants et défenseurs des droits de l’homme.