En dépit des efforts consentis par les responsables locaux pour diminuer le taux de chômage, beaucoup reste à faire pour satisfaire le marché du travail et mettre fin à la politique du travail précaire au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou. Selon le Directeur de l’Emploi de Tizi Ouzou, Hadj Mohand Nafaâ, 2 701 placements qui ont été effectués dans le cadre des différents dispositifs d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) durant la période du 2 janvier au 31 décembre 2016. Ainsi, il a annoncé que 2 512 contractuels ont renouvelé leur contrat de travail et 15 000 jeunes ont été recrutés, et ce, dans le cadre de système de travail classique. Il a affirmé que le secteur économique prend la part du lion en matière de création d’emplois, puisque 70% des jeunes ont été embauchés dans ce secteur. « Je dirais que le nombre de contrats de travail est passé à 2 962 en 2016, soit une hausse de 8% par rapport à la même période de 2015 ». Hadj Mohand Nafaâ a fait un compte-rendu très explicite quant au nombre de postes d’emploi réalisés dans chaque dispositif d’aide initié par le gouvernement. S’agissant du DAIP, il a fait savoir qu’il comporte trois types de contrats de travail, à savoir le CID (contrat d’insertion des diplômés), le CIP (contrat d’insertion professionnelle) et le CFI (contrat de formation) qui contient quant à lui trois formes de recrutement. CFI chantiers, CFI maîtres-artisans et CFI entreprises de production. A ce sujet, il a annoncé que le nombre de jeunes insérés dans le cadre du CID est de 1 391 dont 1 286 diplômés universitaires et 105 techniciens supérieurs. Alors que le nombre de postes de travail créé dans le cadre du CIP est de 633 diplômés des centres de formation professionnelle et 226 jeunes ayant le niveau secondaire. Tandis que les jeunes insérés dans le cadre du CFI chantier sont 314, 54 postes de travail dans le cadre de CFI artisans et 83 dans le cadre de CFI production qui ont permis l’insertion de 451 jeunes dans des postes de travail. « Je dirais que le nombre de placements effectués dans le cadre du DAIP est de 2 701 durant l’année 2016. Faisant la comparaison par rapport à 2015, le même responsable a avoué que ce taux est revu à la baisse en 2016. Il est dû essentiellement au gel du recrutement dans le secteur administratif. Sur un autre volet relatif au dispositif de renouvellement de contrat de travail, les mêmes services ont enregistré 2 512 contrats au profit des demandeurs d’emploi.


1 341 nouveaux postes dans le cadre de l’Ansej

Le Directeur de l’emploi de Tizi Ouzou a tenu à rassurer que son établissement veille rigoureusement à fournir des postes de travail au profit des jeunes qui déposent leurs dossiers de recrutement au niveau de leur direction. Pour cela, il a annoncé qu’ils ont procédé à la signature de 2 388 conventions ont permis l’insertion de 2 512 jeunes à des postes de travail. Tout en affirmant que les entreprises économiques au niveau local ont contribué à la permanisation de 2 874 jeunes dont 362 postes de travail directs. Par ailleurs, Hadj Mohand Nafaâ a donné un aperçu sur le nombre d’emplois créés dans le cadre des différents dispositifs de soutien à l’emploi de jeunes, en l’occurrence l’Ansej et la Cnac. A cet effet, il a indiqué que le nombre de projets financés par l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes de Tizi Ouzou est de 503 qui ont généré 1 341 postes d’emplois directs. Ce nombre, dira-t-il, a connu une baisse suite au gel de certaines activités, notamment le transport, les gâteaux traditionnels. A souligner que sur 330 dossiers déposés auprès des services de cette agence, 297 ont été validés en 2016. Alors, enchaîne-t-il, que la Caisse nationale d’assurance aux chômeurs (Cnac) a, pour sa part, financé 486 micro-entreprises qui ont permis la création de 1 326 postes d’emplois directs.