Alors que les 43 fédérations sportives au niveau national, connaissent des diffucultés dans différents secteurs et notamment financier, voilà que le chargé de la formation et du développement au sein de l’Association algérienne de ju-jitsu a annoncé la création de la Fédération algérienne de ju-jitsu dont l’Assemblée générale constitutive aura lieu le jeudi 23 février au Centre culturel de Beaulieu (Alger)  

« Le but de cette assemblée est d’élire le premier président de la future Fédération algérienne de ju-jitsu qui dirigera l’instance pendant le mandat olympique 2017-2020. C’est fort probablement Kamel Kezir qui sera élu à ce poste par les membres fondateurs de la discipline en Algérie et les présidents de club lors de cette réunion », a expliqué Saïd Fassi. Jusqu’à un passé récent, et mis à part les disciplines phares comme le judo et le karaté-do qui, dès le départ, avaient leurs propres Fédérations sportives, tous les autres types d’arts martiaux pratiqués en Algérie étaient placés sous l’égide d’une seule et même instance : la Fédération algérienne des arts martiaux.

Ce n’est que dernièrement, avec l’aval du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), que certaines disciplines ont pu se détacher et constituer leurs propres Fédérations. Ainsi, le vovinam viet vo dao, le kung-fu wushu, l’aïkido et le vovietnam comptent parmi les premières disciplines à avoir réussi cette séparation avec la Fédération mère, et c’est dans la continuité de cette initiative, rendue possible par le décret ministériel commun 14-330 publié le 27 novembre 2014, que le ju-jitsu s’apprête aussi à « avoir son indépendance ».
Jusque-là, et ne disposant pas encore de sa propre Fédération, le ju-jitsu algérien était placé tantôt sous l’égide de la Fédération algérienne de judo et tantôt sous celle du taekwondo, ce qui lui a permis de participer à certains grands évènements internationaux depuis 2008, notamment les Championnats d’Afrique de 2010 en Tunisie. La première instance dirigeante de cet art martial issu du judo, le Comité national de ju-jitsu, a été constituée le 15 février 2012, sous la présidence d’Abdelaziz Medjahed. La discipline compte actuellement en Algérie, quelque 6 000 licenciés, répartis sur 48 clubs à travers 26 wilayas. Parmi ces athlètes, trois ont déjà le 3e dan, huit autres le 2e dan et 53 le premier dan. L’Algérie a formé aussi trois arbitres internationaux, selon la même source.