Samedi dernier, Abderrahmane Hammad a été élu président du Comité olympique algérien à l’issue de l’Assemblée générale extraordinaire (AGEx) élective tenue au siège de l’instance à Ben Aknoun. C’est aujourd’hui que la passation de consigne se fera entre le nouveau patron du COA et Mohamed Meridja. Ce dernier assurait l’intérim à la tête de la structure depuis l’officialisation de la démission de Mustapha Berraf le 12 mai dernier.

Son élection est passée comme une lettre à la poste en fin de semaine dernière. Un dépouillement sans appel en faveur de Hammad largement départagé lors du scrutin tenu il y a 4 jours de cela. L’ancien sauteur en hauteur a eu 105 voix. Dans le détail, c’est 60 voix des fédérations olympiques, qui accordent chacune quatre voix, et 45 voix des fédérations non olympiques ayant une voix à donner.
Derrière, Mabrouk Kerbouâ a eu 32 voix (24 voix des fédérations olympiques) suivi de Soumia Fergani qui en a récoltées 5 (4 voix des fédérations olympiques).
C’est pour dire qu’il n’y a pas eu photo dans cette élection à laquelle 80 membres sur les 90 que compte l’Assemblée Générale (AG), dont 22 représentaient des instances fédérales, ont participé. A partir de là, on connaissait celui qui poursuivra le mandat olympique entamé par Berraf en mai 2017.

Apaiser les esprits
En réaction à ce plébiscite, le natif de Dellys a estimé que « les membres de l’assemblée générale ont démontré une plus grande responsabilité dans leur choix, en préférant la continuité dans le travail déjà accompli au sein du bureau exécutif dont je suis le 2e vice-président.» Certes, ça sera une gouvernance de transition avec les Jeux Olympiques 2021 de Tokyo (Japon), prévus l’été prochain, comme point culminant. Quelques 9 mois pour essayer d’apaiser les esprits car « le sport algérien a besoin de stabilité pour l’intérêt des athlètes algériens », comme l’a indiqué le médaillé de bronze lors des JO 2000 de Sidney (Australie).
En outre, sur le plan prévisionnel, il faudra assurer une bonne préparation pour les athlètes qui ont obtenu leur ticket pour le rendez-vous. Et, en même temps, tenter de qualifier d’autres sportifs pour les Olympiades.

La préparation des JO en priorité
Une mission qui ne sera pas mince dans un contexte sportifo-sanitaire spécifique avec le Coronavirus qui aura considérablement affecté la préparation. « Il est inadmissible d’exiger des résultats aux athlètes en l’absence d’une préparation adéquate surtout en cette période marquée par la pandémie de Covid-19. Pour cela, nous devons nous pencher sérieusement sur ce problème », a prévenu Hammad qui semble faire de cet aspect une priorité absolue.
Aujourd’hui donc, le travail véritable de celui qui a fait partie du Bureau exécutif du COA du temps de Berraf commencera. Il devra suivre un programme préétabli par l’équipe dirigeante que menait son prédécesseur. Néanmoins, Hammad aura certaines décisions fortes à prendre pour prouver la bonne volonté et démontrer que son ère ne sera pas un prolongement de celle de son Berraf. Tel sera le défi. n