Le Pacte de l’Alternative démocratique (PAD), qui réunit FFS-RCD-PT-PST-MDS-PLD-UCP et LADDH, poursuit sa stratégie de déploiement sur le territoire national.
Après l’installation de deux bureaux locaux, respectivement à Tizi Ouzou et Constantine, les forces de l’Alternative démocratique devraient se déplacer ce vendredi à Oran pour mettre en place une structure locale, avant de se diriger, le lendemain samedi, vers Jijel pour installer un comité local PAD dans la même ville, apprend-on auprès de Youcef Taâzibt, cadre du Parti des travailleurs (PT). L’alternative démocratique a pour objectif de « renforcer sa présence sur le territoire national dans le but d’être plus proche du citoyen », explique le même responsable du PT. « Nous allons élargir cette initiative en installant des comités dans toutes les wilayas à travers des représentations régionales, pour renforcer l’Alternative démocratique », souligne M. Taâzibt. Ajoutant que les forces de l’Alternative démocratique ambitionnent de « mobiliser plus de citoyens, au sein du mouvement associatif et les milieux politiques autour de la feuille de route qu’elle défend ». Le PAD entamera un « travail de proximité pour la sensibilisation et l’adhésion des citoyens autour des propositions du pacte » signé par les partis de la mouvance démocratique, soutient M. Taâzibt. Ce dernier rappelle, dans ce sens, que le pôle des démocrates s’oppose notamment à l’organisation de l’élection présidentielle et appelle à une période de transition pour la mise en place d’un Etat de droit, un processus constituant souverain, l’indépendance de la justice, l’ouverture des médias à la libre expression et la libération des détenus d’opinion du mouvement populaire. La démarche privilégiée par les mêmes forces politiques s’inscrit dans une action concrète de la consolidation des revendications citoyennes par la conquête de nouveaux espaces de débats et de luttes pour une meilleure explication de la revendication majeure de ce conglomérat de partis politiques plaidant une période de transition et opposés au processus présidentiel. C’est dans cette perspective que l’Alternative démocratique appelle les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à y adhérer « pour une alternative démocratique réelle et qui pèse sur l’arène politique, en phase avec les aspirations du peuple qui poursuit sa mobilisation depuis huit mois », conclut M. Taâzibt. M. K.