Deux finales jouées, deux consécrations décrochées, c’est du 100 % pour l’USM Bel-Abbès qui a réédité l’exploit de 1991 face à la JS Kabylie, son adversaire à l’époque, pour remporter la finale de Coupe d’Algérie hier au stade 5-Juillet 1962 (Alger).

Les « gars de la Mekerra » ont privé leurs homologues du jour du 6e triomphe dans cette compétition. C’est le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a remis le trophée au capitaine Farès Benabderrahmane.
Deux minutes, c’est le temps dont avait besoin Hamza Belahouel pour décanter la situation dans cette 54e finale de Coupe d’Algérie en faveur de l’USM Bel-Abbès. Sur une passe de Zouari, l’attaquant de 24 ans élimine Belkalem d’un contrôle orienté puis fusille Asselah impuissant face au ballon parti mourir au fond de sa cage.
L’entame était idéale pour les Bel-Abbessiens qui ont donné l’impression d’être plus motivés et plus concentrés lors des 45 premières minutes. Quant aux « Canaris », ils ont semblé groggys par l’ouverture du score (trop ?) précoce concédée.

Première mi-temps insipide
Sous le regard d’un Youcef Bouzidi qui ne tenait plus en place sur la ligne de touche, les coéquipiers de Mehdi Benaldjia n’ont pas pu construire des phases de jeu. Leurs supporters, présents en grand nombre dans les travées du temple olympique plein comme un œuf, ont dû attendre la 40e minute pour voir une réaction timide de leur équipe.
Sur un des cinq corners que les Tizi-Ouzéens ont obtenus en première période, Belkalem reprend de la tête sans trouver le cadre.
C’était tout lors d’un premier acte où la supériorité technique de l’adversaire était flagrante quand les Kabyles n’ont pas vraiment pu exploiter les nombreux coups de pied arrêtés qu’ils ont eus. Le manque de justesse était préjudiciable.

Bis repetita
Des carences, hier, les «Lions du Djurdjura» en avaient. Au niveau de la concentration à l’entame. C’est le début de la seconde mi-temps qui a permis d’établir ce diagnostic lorsque le Belahouel a doublé la mise trois minutes après le retour des vestiaires. Le numéro 8 a profité du mauvais alignement de la défense de la JSK pour faire un une-deux avec Zouari qui l’a servi d’une superbe passe laser. Les poulains de Bouzidi n’ont pas mis longtemps pour recoller au score. A la 56e minute, Djerrar prolonge le coup franc de Benaldjia au fond des filets de Toual. La réaction de l’USMBA n’a pas tardé avec ce poteau à la 60e de Zouari après une superbe louche de… Belahoual. S’il a été suppléé par le montant, le gardien Malek Asselah, sorti prendre un ballon en profondeur, a commis  l’irréparable à la 72e minute lorsqu’il a laissé sa jambe trainer. L’arbitre Abid-Charef, qui a impeccablement dirigé la partie,  a désigné le point de penalty et brandi le rouge pour le portier de 32 ans.

Boultif entretient l’espoir
Alors que le coup de grâce semblait imminent pour les « Scorpions », le remplaçant de Asselah a arrêté le penalty de Bounoua pour laisser les siens dans le coup. Le dernier quart d’heure n’a pas permis à la formation la plus titrée en Algérie de niveler la marque contre un onze de Tahar Cherif El-Ouazzani très bien en place et capable de conserver le ballon. Surtout en supériorité numérique. Pour clore, il est utile de noter que l’équipe du Commandement de la première Région militaire (RM) a été sacrée, pour la 2e année de suite, à l’issue du 46e opus de la Coupe d’Algérie de football militaire. Les camarades d’Ali Ismaïl, auteur d’un doublé, ont étrillé l’Ecole des techniques de l’intendance de Blida sur le score de 5-0 (mi-temps : 2-0) en finale jouée juste avant de l’explication finale civile.