La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatima Zohra Zerouati, a décidé de s’investir dans une importante campagne de sensibilisation sur la propreté à travers le territoire national. Rarement dans l’histoire du pays le problème de l’hygiène et de l’insalubrité publique ne s’était posé avec autant d’acuité que cette année.

En effet, une grande campagne nationale pour le nettoyage des quartiers et de l’environnement a été lancée, depuis jeudi, à travers tout le territoire national avec la contribution de plusieurs secteurs et instances concernées ainsi que des entreprises économiques et des organisations de la société civile.
Le coup d’envoi de cette campagne, initiée par le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables, a été donné à la wilaya d’Alger par la première responsable de ce département, Fatima Zohra Zerouati, qui a participé aux opérations de nettoyage auxquelles ont pris part les responsables locaux, plusieurs représentants de la société civile en plus des citoyens.
Equipés de grands sacs, de gants et de pinces à déchets, des milliers d’hommes, femmes et enfants ont participé à cette opération nationale de nettoyage des rues et des espaces verts. Même la ministre a mis la main à la pâte. Mais elle s’est trouvée confrontée à la dure réalité. En effet, le spectacle était désolant : des amas de déchets ménagers dans tous les quartiers, voire à chaque coin de rue où la délégation s’est déplacée. La ministre s’est réjouit de « l’attention accordée à la prise en charge du problème de déversement anarchique des déchets dans la capitale» en soulignant que la préservation de l’environnement ne constituait pas une prérogative exclusive des autorités publiques mais devrait faire l’objet d’une « action collective qui implique le citoyen et qui l’oriente vers un comportement civique permettant de préserver l’environnement et valoriser ses ressources». «La volonté politique, les technologies et les enveloppes financières conséquentes destinées aux investissements s’inscrivant dans le cadre des stratégies de protection de l’environnement resteront insuffisantes en l’absence d’une culture environnementale chez la société, avec toutes ses dimensions », a-t-elle averti.
Interrogée pour savoir si cette campagne avait un lien avec l’épidémie du choléra enregistrée à travers plusieurs wilayas, la ministre a écarté tout lien entre l’initiative et l’épidémie en assurant qu’il « ne s’agit pas d’une démarche conjoncturelle ».
Pour elle, tout le monde est concerné par la gestion des déchets, dont le citoyen qui doit, quant à lui, participer au tri des déchets à son niveau, a-t-elle soutenu.
D’autre part, et après Alger, la ministre de l’Environnement est attendue, aujourd’hui samedi, dans la wilaya de Ouargla pour une visite de travail de deux jours, durant laquelle elle inspectera plusieurs projets socioéconomiques relevant de son secteur. Elle débutera sa visite dans la ville de Hassi Messaoud où elle inspectera un nouveau centre d’enfouissement (C.E.T), une station d’épuration d’eau ainsi que la nouvelle ceinture verte. D’ailleurs, pas moins de 5 nouveaux centres d’enfouissement, dont les études techniques sont achevés, seront implantées dans les daïras de Sidi-Khouiled, El-Hedjira, Taïbet et Magarine, en vue de prendre en charge les opérations de traitement des déchets. Dans la ville de Touggourt, elle visitera un autre centre d’enfouissement ainsi que l’inspection de deux petits lacs.
Pour la journée de demain, dimanche, elle effectuera sa visite dans la wilaya de Ouargla. Elle inaugurera la direction régionale de l’environnement et visitera une école qui utilise le solaire comme énergie.n