La sélection du Burundi, est sortie dès la phase de poules de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2019), en concédant trois défaites en autant de matchs, terminant bon dernier du groupe B, derrière Madagascar (1er), le Nigeria (2e) et la Guinée (3e). Après les défaites face à Madagascar et le Nigeria (1-0), les Hirondelles du Burundi n’ont pas voler plus haut, en concédant un 3e faux pas face à la Guinée (2-0), synonyme d’élimination, alors que lors de la phase éliminatoire, l’équipe était plus cohérente avec en son sein l’un des meilleurs buteurs de la compétition, l’attaquant Abdul Razak Fiston, auteur de six buts. Arrivée en terre égyptienne pour créer la sensation, l’équipe burundaise a déçu. Ces joueurs stars comme Fiston Abdul Razak et Saïdo Bérahino n’ont pas été à la hauteur de l’évènement. Inefficace sur le plan offensif et laxiste défensivement, le Burundi s’en sort avec un bilan négatif (3 défaites en 3 matchs, 4 buts encaissés et zéro but marqué). A l’issue du dernier match face à la Guinée, le sélectionneur burundais Olivier Niyungeko s’est rendu à l’évidence, tout en assurant que son équipe a appris à travers cet échec.
« C’est notre première participation, on n’a pas démérité et je félicite mes joueurs. Cela a été très difficile et ce troisième match, avec le carton rouge dès le début du match, ça a été dure pour nous. On a beaucoup de choses à faire, et on va continuer à travailler pour construire cette équipe», a-t-il tenu à dire. Les Africains de l’Est avaient validé leur billet pour le rendez-vous d’Egypte en terminant deuxième du Groupe C derrière le Mali et devant le Gabon.