L’Angleterre s’est largement imposée lundi en Bulgarie (0-6), dans une rencontre interrompue deux fois à la suite de cris racistes venus des tribunes. La Fédération anglaise a demandé à l’UEFA l’ouverture d’une enquête «urgente» à l’issue de la rencontre.
L’Angleterre ne compte pas en rester là. La Fédération anglaise (FA) a annoncé lundi soir qu’elle allait demander à l’UEFA d’enquêter sur les cris racistes dont ont été victimes certains de ses joueurs, lors de la victoire contre la Bulgarie à Sofia (0-6). «Nous pouvons confirmer que des joueurs anglais ont été la cible de chants racistes abominables pendant le match qualificatif pour l’Euro 2020 contre la Bulgarie. C’est inacceptable à quelque niveau de compétition que ce soit», a écrit la FA dans son communiqué. «Nous allons demander à l’UEFA une enquête urgente» sur ces faits, poursuit la Fédération qui souligne être «tristement consciente que ce n’est pas la première fois que [ses] joueurs sont visés par ce type d’insultes». Lors du match au Monténégro déjà, des joueurs anglais avaient été la cible de cris de singes.

Mings et Sterling visés
Le match contre la Bulgarie a été brièvement interrompu à deux reprises par l’arbitre lors de la première période, même s’il a décidé de ne pas faire rentrer les deux équipes dans les vestiaires. Une frange du public du stade Vassil-Levski – déjà sous le coup d’un huis clos partiel après des incidents similaires en juin lors d’un match contre le Kosovo, s’en est pris verbalement à plusieurs joueurs noirs de l’équipe d’Angleterre : le défenseur Tyrone Mings (qui jouait par ailleurs son premier match avec l’Angleterre), et les attaquants Marcus Rashford et Raheem Sterling. Conformément au protocole UEFA, l’arbitre a d’abord fait faire une annonce par le speaker du stade demandant aux supporters responsables de cesser à la demi-heure de jeu. Puis, juste à la fin du temps réglementaire de la première période il a eu une longue discussion avec les officiels, les équipes anglaise et bulgare, et a finalement décidé de faire jouer six minutes de temps additionnels jusqu’à la pause. L’Angleterre s’est vengée sur le terrain, en s’imposant 6-0. Sterling, l’un des joueurs les plus visés, a marqué deux fois.

Démission du président de la Fédération bulgare
Alors qu’un porte-parole de la Fédération bulgare avait assuré que le Borislav Mihaylov ne quitterait pas son poste, le président a finalement présenté sa démission. C’est un rebondissement inattendu en Bulgarie, où le président de la Fédération a été mis en cause après les cris racistes ayant perturbé le match de qualification à l’Euro 2020 entre la Bulgarie et l’Angleterre (0-6). Appelé à la « démission immédiate » par le premier ministre Boïko Borissov, Borislav Mihaylov n’avait pas l’intention de quitter son poste, avait assuré Hristo Zapryanov, le porte-parole de la Fédération. Et pourtant, moins d’une heure plus tard, la Fédération bulgare a publié un communiqué dans lequel elle annonce que le président a présenté sa démission.  
« Elle sera présentée aux membres du Comité exécutif lors de la réunion de vendredi, est-il écrit dans le communiqué. Sa position est une conséquence des tensions récentes, avec un environnement préjudiciable au football bulgare et à l’Union bulgare de football.» «M. Mihailov se dit fermement prêt à continuer d’aider au développement du football bulgare de toutes les manières possibles», est-il également écrit dans le communiqué. Tout juste une heure après la démission du président de la Fédération bulgare (BFU), Borislav Mihaylov, le siège de la BFU a été perquisitionné par la police à Sofia. « Je peux confirmer la présence d’officiers de police mais je ne peux pas donner de détails supplémentaires pour le moment », a déclaré un porte-parole de la BFU. Selon des sources proches de l’enquête, des documents relatifs à des arbitres bulgares seraient recherchés.