L’Argentine n’a pas toujours besoin d’un grand Lionel Messi. Malgré quelques coups d’éclat, la Pulga n’a pas spécialement brillé lors de la victoire de l’Albiceleste au Pérou mercredi (0-2). C’est la jeunesse qui s’est illustrée avec des buts de Nicolas Gonzalez, 22 ans, et Lautaro Martinez, 23 ans, qui ont permis aux Argentins de s’imposer Lima et suivre ainsi le rythme imposé par le Brésil, qui a poursuivi son sans-faute en Uruguay (2-0).
L’entraîneur argentin Lionel Scaloni cherche, tâtonne, innove, pour bâtir une attaque d’argentine autour de son maître à jouer, Leo Messi. Et pour ces qualifications, il se fie à la forme du moment de ses joueurs à disposition. Mardi face au Pérou, il a adjoint à sa star du FC Barcelone deux pointes en attaque. Au côté du désormais incontournable Lautaro Martinez, titulaire pour une quatrième fois, le néophyte entraîneur a titularisé le gaucher Nicolas Gonzalez, déjà buteur lors du match précédent contre le Paraguay (1-1) mais alors positionné en milieu offensif.

Martinez efficace
Ce nouveau duo d’attaque reléguait sur le banc Lucas Ocampos, qui a une nouvelle fois déçu, et Angel Di Maria, qui n’avait guère brillé lors de son entrée en jeu la semaine dernière. Tout le contraire de Giovani Lo Celso, qui a vu son entente avec Messi récompensée d’une place de titulaire. Et les choix de Scaloni se sont avérés payants d’entrée avec un très bon travail de Lo Celso qui accélérait sur l’aile gauche puis remettait en retrait dans la surface à Gonzalez esseulé. D’un contrôle orienté sur son pied gauche et d’un puissant tir croisé, l’attaquant de Stuttgart ouvrait le score (1-0, 16e).
Face à un Pérou débordant d’énergie mais brouillon, Lautaro Martinez à son tour justifiait la confiance placée en lui. Lancé dans le dos de la défense par Leandro Paredes, il dribblait le gardien pour doubler la mise. Son deuxième but dans ces qualifications, son 11e en 20 sélections. Deux actions, deux buts, et tout ça sans l’aide d’un Messi discret qui n’a pu que tenter de couper la course d’un ballon à l’angle des six mètres (38e). L’Argentine avait fait le plus dur à la pause. Au retour des vestiaires, Messi a bien cherché à participer à la fête, mais à trop chercher le penalty (61e) et en plaçant son ballon au ras du poteau à l’issue d’un raid solitaire dont il a le secret (76e), il a échoué à inscrire son 72e but en sélection.