Pour sa deuxième sortie dans les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, l’équipe nationale devra se rendre à Marrakech (Maroc) pour donner la réplique au Burkina Faso. Ce dernier, à l’instar du Djibouti et du Niger dont les pays ne disposent pas de stades homologués par la CAF, ont opté pour le Royaume chérifien afin d’accueillir l’EN. Entretemps, il y a eu les relations diplomatiques algéro-marocaines qui se sont sérieusement détériorées. L’Algérie a même décidé de les rompre. Sur le plan organisationnel, ce rebondissement n’affecte en rien la tenue de l’explication.

Par Mohamed Touileb
Ce qu’il faut savoir avant tout c’est qu’un lieu de la rencontre ne peut pas être changé dans les 15 derniers jours avant sa tenue. A partir de là, les Burkinabès ne peuvent pas demander à ce que la partie soit délocalisée dans un autre pays puisqu’elle est prévue pour le 07 septembre. Surtout qu’il n’y a pas de cas de forces majeures en lien avec la sécurité des joueurs ou autre.
Entrée normale sur les deux territoires Aussi, il s’agit d’une date FIFA et les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 obéissent au règlement de l’instance internationale qui ne cautionne jamais que la politique interfère dans le sport. Par conséquent, les autorités marocaines ne peuvent, en aucun cas, saboter ce rendez-vous, la FIFA étant très puissante et intransigeante quand il s’agit de protéger ses compétitions et les sélections des structures qui y sont affiliées. Par ailleurs, il y a aussi eu les précisions de Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, qui n’a pas manqué de préciser, que le Maroc «restera un partenaire crédible et loyal pour le peuple algérien et continuera d’agir avec sagesse et responsabilité pour le développement de relations inter-maghrébines saines et fructueuses» malgré la mise en «stand by» des relations diplomatiques entre les deux pays. On comprend donc que l’entrée et la sortie des ressortissants des deux pays ne sont sujettes à aucune suspension. Les joueurs de l’équipe nationale peuvent entrer sur le sol de nos voisins pour y défier les Etalons.

Des précédents en 1979 et 1988
Globalement, il faut savoir que ça ne sera pas la première fois que l’EN évoluera au Maroc dans un contexte «spécial». Fort heureusement, le match en question ne mettra pas aux prises le Maroc et l’Algérie comme ce fut le cas auparavant. En effet, le 9 décembre 1979 à Casablanca, alors que l’Algérie et le Maroc avaient rompu leurs relations diplomatiques en 1976 en raison de la «Guerre du Sahara occidental», les Algériens étaient partis s’imposer 5 buts à 1 dans le cadre des Jeux Olympiques 1980. Huit ans plus tard, en marge de la CAN 1988 abrité par les Marocains, les «Lions de l’Atlas» et les «Fennecs» ont croisé le fer à deux reprises. L’Algérie avait subi une défaite (1-0) lors du premier tour avant de s’imposer lors du match pour la 3e place aux tirs au but (1-1/4 t.a.b 3). Cette fois, le pays de Mohamed VI sera juste une terre d’accueil pour Riyad Mahrez & cie. Et on a fort espoir qu’«El-Khadra» ne se sentira pas dépaysée et ce qui prévaudra c’est la fraternité.