Un point, c’est tout ce qui sépare l’équipe nationale des barrages de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Les « Verts » seront opposés aux Burkina Faso aujourd’hui à partir de 17h au stade Mustapha Tchaker (Blida). Ils auront besoin d’une seule unité pour prendre le ticket en jeu dans la poule ‘’A‘’. Néanmoins, le statut de l’EN fait qu’elle soit l’équipe à battre et abattre. À partir de là, il faudra faire très attention.

Par Mohamed Touileb
Gagner! C’est le mot d’ordre pour faire respecter la hiérarchie et se hisser au prochain tour. Les «Fennecs» ont leur destin entre leurs pieds en plus d’être en ballotage favorable pour poursuivre le chemin vers le Mondial qatari. C’est l’objectif suprême pour Djamel Belmadi et ses protégés qui savent qu’ils disposent du potentiel pour être parmi les 32 sélections concernées par le rendez-vous planétaire. Tout cela est sur papier. Mais il y a la réalité du terrain et cette opposition face à des «Étalons» qui nous ont posé des problèmes en septembre écoulé à Marrakech (Maroc). En effet, il s’agit de la seule équipe qui a réussi à prendre des points à l’Algérie avec un match nul (1-1) empêchant les camarades Sofiane Feghouli, buteur à l’ ‘’aller‘’, de faire le plein lors des 5 premières journées. Les « Verts » ont pris 13 unités sur 15 possibles pour être aux commandes de leur poule et compter 2 points d’avance sur l’adversaire du jour.

Imbattable à Tchaker mais…
Les «Verts» ont de sacrés arguments techniques pour sortir indemnes de cet ultime test du premier tour d’écrémage. Ils sont invaincus depuis 32 rencontres, joueront dans un stade où ils n’ont jamais perdu en 42 matchs (36 victoires et 6 nuls) et pourront compter sur le retour du public dans les gradins après 2 ans d’absence. Quand ont sait qu’un seul point suffira pour accrocher les deux dernières rencontres, on peut penser que tous les indicateurs sont au vert pour Islam Slimani et ses camarades. Ce dernier est le Dz qui a le plus marqué dans le jardin blidéen. La moitié (19) de ses réalisations internationales (38) ont été inscrites dans l’enceinte de la ville des Roses. Collectivement, l’EN a fait trembler les filets à 116 reprises pour 20 buts encaissés et 24 clean sheets. Les statistiques sont pour le moins impressionnantes. Naturellement, elles confortent l’éventualité de voir les Champions d’Afrique passer cette étape. Après, il y a la réalité du terrain et tout à prouver pendant 90 minutes. Les mauvaises surprises, comme ce qui s’est passé avec le Portugal dimanche soir, ne sont jamais loin en cas de suffisance.

Les Burkinabés joueront le va-tout
Sur les lieux, la sélection disputera son deuxième match à grand enjeu après celui face à la même nation le 18 novembre 2013. Sous la houlette de Vahid Halilhodzic, Sofiane Feghouli, déjà présent à l’époque, les Algériens ont validé la qualification grâce à un but au forceps de Madjid Bougherra. Ce type d’explications reste redoutable parce que le vainqueur sera assuré de se qualifier. Les matchs secs ont une imprévisibilité difficile à contrôler. Surtout si l’aspect gestion du résultat prend le dessus. La donne est qu’»El-Khadra» aura besoin d’un point et le team de l’ex Haute-Volta d’un succès. Ainsi, les poulains de Kamou Malo joueront pour essayer de marquer. Cela laissera certainement des espaces que les protégés de Belmadi devraient exploiter pour élargir leur marge de manœuvre et se mettre à l’abri en marquant autant de fois qu’ils le peuvent. Par le passé, ils ont encaissé jusqu’à 3 buts comme ce fut le cas face à la Zambie le 25 mars écoulé. Cependant, c’était loin des bases et dans un autre contexte. La prudence est recommandée. En tout cas, le coach des « Guerriers du Désert » était on ne peut plus clair sur l’impératif de s’imposer contre le Burkina Faso pour pouvoir mériter la qualification et assumer le statut de roi du continent. Tout reste à faire sur le rectangle vert. Gageons que les maîtres de l’Afrique donneront tout pour cette mission.