Après avoir dynamité, jeudi dernier au stade Mustapha Tchaker (Blida), le Djibouti (8-0) pour lancer la campagne de qualification en Coupe du Monde 2022 au Qatar, l’équipe nationale devra enchaîner. Pour sa deuxième sortie dans cette campagne, il y aura le Burkina Faso en face. Un adversaire qui a « plus de qualité », selon le sélectionneur Djamel Belmadi. Clairement, ce soir (20h) au Grande stade de Marrakech, les Fennecs passeront un test sérieux et potentiellement décisif.

Par Mohamed Touileb
Pour sa 21e confrontation avec les «Etalons», l’EN fera face à un sacré enjeu. Il consistera, tout simplement, à prendre les commandes du groupe « A » et bien se placer pour une qualification aux barrages de mars qui constitueront la dernière étape dans la course au Mondial qatari. Forts d’une longue série de 28 matchs sans défaite, les « Verts » se présentent avec des atouts pour ce duel sur terrain neutre mais dans lequel l’adversaire « reçoit ». Les Burkinabés seront quelque peu affaiblis par l’absence de Bertrand Traoré (Aston Villa/Angleterre) forfait pour le stage de septembre en raison d’une blessure.

Lassina Traoré en menace principale
En revanche, il faudra faire attention à Lassina Traoré. L’attaquant du Shakhtar Donetsk (Ukraine) reste l’une des principales menaces de la sélection de l’ancienne Haute-Volta. Cette dernière renferme de footballeur au niveau footballistique bien supérieur à celui des Djiboutiens. Et Belmadi n’a pas manqué de relever cela hier avant de s’envoler vers le Royaume Chérifien. Le driver des « Guerriers du Désert » a évoqué « une autre adversité, évidemment, il y aura plus de qualité en face. On a un passé récent avec ces confrontations entre l’Algérie et le Burkina. On en a déjà parlé aussi. Donc ça va être une opposition de qualité et in cha Allah, comme d’habitude, on espère l’emporter.» Pour revenir à la domiciliation de la rencontre, on rappellera que les trois adversaires de l’Algérie dans le quartet «A»ont choisi de recevoir au Maroc. En effet, leurs pays ne disposant pas de stade répondant aux normes FIFA, il a fallu que les fédérations fassent un choix où recevoir. Et le trio s’est rabattu sur les enceintes de qualité du voisin.

La chaleur en crainte mineur
Cela peut être à l’avantage de notre sélection compte tenu des similitudes climatiques mais aussi la durée du déplacement relativement court. Parallèlement, il y a aussi le contexte politique tendu avec les relations algéro-marocaines sujettes aux tensions diplomatiques. A ce propos, le premier responsable de la barre technique des champions d’Afrique a indiqué qu’ « on va jouer au football. Il n’y a pas d’histoire politique. Il y a peut-être des conditions climatiques contraignantes. Apparemment, il fait très chaud à Marrakech. Bon, il a fait assez chaud ici en Algérie aussi. On s’est entraînés plus ou moins à des horaires qui nous permettaient d’être un peu dans les mêmes conditions. On va faire avec in cha Allah»
Parmi tous ces éléments, l’objectif reste le même pour les camarades de Youcef Belaïli qui sont appelés à gagner.
Ainsi, ils empocheraient trois précieuses unités dans un véritable « six points match ». Ils pourraient aussi porter le total des victoires à 10 pour l’équipe nationale pour ce qui est de l’historique total des confrontations dans lequel le Burkina compte 6 succès pour 5 nuls.