Mise sous pression par le Burkina Faso qui a pris provisoirement les commandes du groupe « A » lundi, l’équipe nationale n’a pas craqué. L’EN est partie l’emporter largement hier chez le Niger (0-4) pour reprendre la tête avec 10 points et un meilleur goal-average. Dans la course au Mondial 2022, l’Algérie reste devant réalisant l’essentiel en plus de prolonger l’invincibilité à 31 matchs.

Par Mohamed Touileb
C’est une équipe à vocation offensive que Djamel Belmadi a décidé d’aligner pour l’occasion. On ne peut donc pas dire que le sélectionneur national a joué petit-bras contre un adversaire qui s’est montré assez dangereux vendredi dernier à Blida. La meilleure défense est l’attaque aux yeux du coach de l’EN. D’ailleurs, sous ses ordres, les « Fennecs » ont marqué 32 fois sur les 33 rencontres.

La guigne des déplacements chassée
Pour ce voyage à Niamey, il y avait la crainte de voir les « Verts » accrochés comme ce fut le cas lors des trois derniers matchs officiels disputés loin de nos bases. Avant le Burkina Faso, avec lequel l’Algérie a partagé les points (1-1) dans la poule « A » le 07 septembre dernier, le Zimbabwe (3-3) et la Zambie (2-2) ont donné du fil à retordre aux Dz. À ce sujet, on relève qu’à chaque fois, les champions d’Afrique ont fait le break avant de se faire rejoindre au tableau d’affichage.
Ce scénario devait être évité afin de ne pas se faire décrocher par les « Etalons » dans la course à la qualification. La moisson complète était vitale afin de ne pas se retrouver dans une posture inconfortable. Ainsi, il y avait une guigne à chasser et trois unités à empocher. Pour cela, il fallait prendre la partie par le bon bout. Comme il y a 4 jours au stade Mustapha Tchaker, l’entame d’Ismaël Bennacer, crédité d’une superbe prestation, et ses compères n’étaient pas vraiment sereine. Il y a eu une première frayeur dès la 2e minute sans incidence sur le score.

Mahrez est (re) passé par là
Sur une pelouse sèche qui ne permettait pas de doser le ballon convenablement, il n’était pas facile de multiplier les transmissions et fluidifier le jeu. L’idéal était donc de jouer assez long. C’est ce qu’a tenté Belaïli, encore une fois impressionnant, à la 18e en déposant la balle sur la tête de Bounedjah qui ne trouve pas le cadre. Après cette première réaction, Riyad Mahrez a décanté la situation (20’). C’était après un joli mouvement à trois initié par Belaïli qui trouve Baghdad dans l’intervalle. L’avant-centre remet en retrait pour le Citizen qui termine du plat du pied.
Sept minutes plus tard, Aïssa Mandi a fait le break inscrivant son 4e but avec la tunique algérienne. Cette réalisation a permis à l’équipe d’avoir une marge d’erreur pour les minutes à venir et rentrer aux vestiaires en menant 2 buts à 0.

Substitutions et démonstration
Après la pause, Belmadi opère deux changements. Atal, sous la menace d’un second jaune, laisse sa place à Benayada. Pour sa part, Slimani sortait pour Feghouli. On n’a pas attendu longtemps pour voir les « Guerriers du Désert » aggraver la marque. Bennacer a mis le 3e but (47’) puis Bounedjah (54’). À 4 buts à 0, la messe était déjà dite et la mission accomplie. Zorgane, Amoura et Boudaoui ont même eu droit à une bonne demi-heure de jeu.
Avec plus de maîtrise que lors du match « aller », les maîtres du continent ont consolidé leur leadership avant les deux dernières journées face au Djibouti et le Burkina Faso. Probablement, il y aura la finale du quatuor face aux Burkinabés à jouer si les deux sélections l’emportent lors du match 5 prévu en novembre prochain.
On n’est qu’à deux marches des barrages de mars pour lesquels le Sénégal et le Maroc sont déjà qualifiés.