Large vainqueur du Niger (6-1) vendredi dernier, l’équipe nationale devra, de nouveau, s’expliquer avec ce dernier en déplacement à Niamey. La rencontre, prévue aujourd’hui à 17h et comptant pour la 4e journée des éliminatoires du Mondial 2022, constitue un sérieux virage dans la campagne. Un peu brouillonne dans ses prestations ces derniers temps, l’EN devra sortir le grand jeu contre un adversaire qui s’est montré assez accrocheur il y a 4 jours.

Par Mohamed Touileb
Le score du match de l’aller peut tromper et donner l’impression que les «Fennecs» ont surclassé les «Menas», mais ce n’était nullement le cas. Du moins pour la première heure de jeu. Les camarades de Riyad Mahrez, qui a décompté la situation grâce à un splendide coup franc lointain, ont fait face à une équipe très joueuse et décomplexée.

Belmadi et les «Verts» déjà avertis
Le bloc haut mis en place par Jean-Michel Cavalli a longtemps empêché les «Verts» de prendre l’ascendant et se montrer dangereux. Il a fallu que le génialissime Youcef Belaïli et le clinique Islam Slimani sortent du banc pour pouvoir tuer la partie. D’ailleurs, après la rencontre, Djamel Belmadi, sélectionneur national, a relevé le fait que ses protégés ont été bousculés par Adebayor et ses camarades : «nous n’étions pas surpris de ce que cette équipe était capable de proposer. Elle a les capacités à poser des soucis et c’est ce qu’elle nous a fait. Nous sommes maintenant avertis avant le déplacement. On le sait, les conditions climatiques seront compliquées. Je ne vais pas parler du terrain du jour d’ailleurs, c’est un autre sujet.» En outre, le coach d’«El-khadra» ajoutera que «mardi (aujourd’hui), il y aura un adversaire qui aura envie de prendre sa revanche. Je ne pense pas qu’ils pourront se qualifier donc ça sera une question d’orgueil.» Dans cette optique, son homologue Cavalli a managé son team en sorte de laisser certains cadres se reposer. Au sortir du duel à Blida, l’ancien driver de l’Algérie a estimé qu’«on ne peut pas lutter dans le jeu contre l’Algérie mais on peut les vaincre ailleurs, ce qu’on aurait pu et dû faire. Cette deuxième mi-temps est terrible, parce qu’on n’a pas le droit de sortir d’un match pareil avec de tels regrets, même si ça n’enlève rien au match de l’Algérie.»
Du mal à ramener des victoires en déplacement
Le technicien français fera certainement en sorte que ses poulains livrent une prestation plus parfaite aujourd’hui afin de contrecarrer les plans des Dz. Il cherchera forcément à exploiter la difficulté des champions d’Afrique à s’imposer loin de leurs bases.
C’est l’un des points faibles des «Guerriers du Désert» qui n’ont plus gagné de match à l’extérieur depuis le timide succès (0-1) chez le Botswana en novembre 2020. Sur les trois derniers déplacements en officiel, l’EN s’est contentée de se partager les points avec le Zimbabwe (2-2), la Zambie (3-3) et le Burkina Faso (1-1). Le test d’aujourd’hui ne s’annonce donc pas de tout repos. De plus, les points de la victoire seront importants pour rester aux commandes de la poule «A» et ne pas les laisser au Burkina Faso.
Ce dernier affrontera le Djibouti, équipe la plus faible du groupe, et devrait, selon toute vraisemblance, empocher les 3 unités. Clairement, Islam Slimani et consorts n’ont pas le droit à l’erreur. Ils se doivent tout simplement de s’imposer. Peu importe la manière. On ne fera pas la fine bouche vu l’enjeu.