L’équipe nationale, déjà qualifiée pour la Coupe d’Afrique des nations 2022 qui se tiendra au Cameroun du 15 janvier au 28 février, bouclera, ce soir au stade Mustapha Tchaker (Blida), la phase éliminatoire. Au menu, il y aura le Botswana drivé par l’Algérien Lotfi Amrouche. Après deux nuls dans cette campagne, l’EN cherchera à renouer avec le succès. Dans cette optique, le sélectionneur national, Djamel Belmadi, alignera tous les titulaires qui sont opérationnels.

Par Mohamed Touileb
Les Fennecs retrouvent l’enceinte blidéenne qui leur a toujours porté bonheur. Là-bas, ils essayeront de retrouver des certitudes et se rassurer avant d’entamer les qualifications pour la Coupe du Monde 2022 en juin prochain dans cette même enceinte contre le Djibouti. Avant cela, il y a cet ultime match à négocier contre les Botswanais. Un adversaire qui avait posé énormément de problèmes aux Verts le 18 novembre 2019 à Gaborone. Les protégés de Belmadi s’en étaient sortis grâce à un corner direct de Youcef Belaïli. Pendant 90 minutes, El-Khadra a fait face à des joueurs qui ont employé une agressivité excessive.
Remettre les pendules à l’heure
D’ailleurs, les « Zèbres » avaient terminé les 10 dernières minutes à 10 après l’expulsion de Gape Gaogangwe. Ce même élément s’était fait remarquer tout au long des 83 minutes passées sur la pelouse en réalisant des interventions à la limite. Malgré cela, l’entraîneur algérien du Botswana s’est dit « étonné, je n’arrive pas à comprendre : critiqué par qui ? Par le coach de l’Algérie ? Par les petits bénis oui-oui ? Qu’on arrête ! Il faut revenir dans le contexte du match. Imaginez que j’ai battu cette formation invincible, c’aurait été un drame familial ! »
Amrouche ajoutera que « malgré la victoire, les gens reparlent de ce match-là. Il ne faut pas développer un complexe de supériorité. Il y a eu une réponse irréfléchie du staff algérien. Avec le temps, ils vont comprendre que ce n’était pas vraiment l’enfer au Botswana. Ils le verront par la suite.»
Pour cette explication « retour », les « Guerriers du Désert » ont pour mission de remettre les pendules à l’heure et montrer à leurs homologues que la classe d’écart est conséquente contrairement à ce que le résultat de la première opposition le laisse croire.
Slimani dans son jardin
S’imposer à Tchaker ce soir est, sauf accident industriel, presque une formalité quand on sait que l’Algérie n’y a jamais perdu le moindre match en 37 rencontres avec un bilan de 31 succès et 6 nuls pour 92 buts marqués et 18 encaissés. D’ailleurs, Islam Slimani, double buteur jeudi dernier en Zambie (3-3), a fait trembler les filets de l’antre de Blida à 13 reprises. Soit 2 de moins qu’El-Arabi Hilal Soudani buteur le plus prolifique sur les lieux.
Compte tenu de sa forme actuelle, Slimani, qui devrait avoir du temps de jeu ce soir, pourrait augmenter son « capital buts » avec la sélection. Avec 31 banderilles, il n’est plus qu’à 5 longueurs d’égaler Abdelhafid Tasfaout qui domine le classement des canonniers historiques de l’équipe nationale. L’éventualité de se rapprocher encore plus de la tête de ce ranking devient plus envisageable quand on sait que les Champions d’Afrique joueront avec leurs meilleurs éléments. Il y a le retour des Bennacer, Bensebaïni, Mandi et Mahrez. Des acteurs majeurs de la consécration lors de la CAN-2019 qui devraient rendre le jeu des « Fennecs » plus fluide et tranchant devant et compact derrière. Le feu d’artifice n’est pas à exclure ce soir. Comme ça a souvent été le cas dans la ville des Roses. n