Par Mohamed Touileb
Il fait partie des absences notables dans la liste de l’équipe nationale pour la date FIFA de juin. Saïd Benrahma paie clairement sa méforme et ses dernières apparitions en demi-teinte avec la sélection. Pour quelqu’un qui a été retenu pour 10 des 11 derniers stages de l’EN, c’est une absence alarmante pour l’avenir. Benrahma devra certainement se bouger et montrer un meilleur visage s’il veut faire partie du plan de relance de Belmadi. Le sélectionneur vient de lui envoyer un signal fort en l’écartant de son «squad» pour la fenêtre internationale de juin et des deux rencontres face à l’Ouganda et la Tanzanie dans le cadre des éliminatoires de la CAN-2023 prévue en Côte d’Ivoire. Ainsi, c’est le jeune Billal Brahimi (OGC Nice) qui lui a été préféré.

Il revient de blessure mais…
Toutefois, cette mise à l’écart pourrait trouver explication dans sa récente blessure contractée avec West Ham United. D’ailleurs, il n’était pas dans la liste des « Hammers » concernés par le dernier match de Premier League contre Brighton Hove & Albion.
Toujours est-il que David Moyes avait indiqué qu’il était opérationnel dans la conférence d’avant-match. Finalement, il n’a pas été retenu. Peut-être que la précaution a été privilégiée pour qu’il ne rechute pas en vue d’une convocation avec la sélection. Malgré cela, Belmadi ne l’a pas pris. Et il faut dire que les statistiques du milieu offensif ces derniers mois ne sont pas rassurantes. Avec son équipe, il n’a été décisif que dans 3 des 16 derniers tests avec 9 titularisations seulement. Son doublé inscrit récemment contre Norwich City au début du mois n’a pas sauvé les meubles aux yeux de Belmadi.

Encore du temps pour s’imposer
Quant à son rendement avec « El-Khadra », il n’a jamais été celui escompté. En 16 capes, dont 8 comme titulaire, il n’a marqué qu’un but pour 4 passes décisives. De plus, sa prestation à la CAN-2021 n’a pas trop arrangé son cas même si la défaillance était générale.
D’ailleurs, le driver de l’EN ne l’avait pas retenu pour le barrage de la Coupe du Monde 2022 contre le Cameroun en mars dernier avant de l’appeler en catastrophe avant le match «retour»… pour finir par ne jouer aucune minute. Dès lors, s’il veut faire partie du nouveau cycle que compte lancer Belmadi, il devra redoubler d’efforts.
Peut-être qu’il faudra qu’il change de club au moment où les Londoniens envisagent de le céder après seulement une saison. A 26 ans, l’ancien de Brentford FC a le temps et le talent pour redresser la barre et s’imposer au sein de la sélection. n