Sonelgaz compte accroître sa production d’électricité dans les années à venir. Pour l’année 2021, le groupe prévoit d’atteindre 34 000 mégawatts contre
19 000 actuellement, a fait savoir, hier, son P-DG Mohamed Arkab, lors d’une conférence de presse animée en marge d’une rencontre régionale des cadres
de la RDO (Région de distribution de l’électricité et du gaz de l’Ouest), à Oran.

Considérant que la production actuelle de Sonelgaz suffit à couvrir l’ensemble de la demande nationale, M. Arkab dira que les quantités supplémentaires qui seront produites serviront à renforcer les exportations de l’entreprise vers les pays voisins.
Il faisait allusion notamment à la Tunisie et la Libye, qui ont déjà signé des accords avec l’Algérie dans ce sens. De l’électricité a déjà été vendue à la Tunisie.
Dans cette perspective, le programme de Sonelgaz vise la production de 22 000 MGW dans un premier temps, pour passer à 34 000 MGW en 2021.
Le même responsable est également revenu sur le dossier des créances détenues par son entreprise, estimées, selon lui, à 60 milliards de dinars. Un montant certes en baisse par rapport à ce qu’il était (86 milliards DA) mais qui pourrait, en cas de recouvrement, participer grandement au plan de développement du groupe énergétique publique.
Le recouvrement des créances détenues par Sonelgaz à travers le territoire national permettra à l’entreprise «d’atteindre ses objectifs de développement, de mener ses investissements et de rémunérer ses employés», a soutenu son P-DG, ajoutant que l’organisation des rencontres régionales, à l’exemple de celle tenue à Oran, vise à «sensibiliser les cadres et travailleurs du groupe sur le recouvrement des créances, car cet argent sert à conduire de nouveaux projets pour améliorer les prestations».
Dans le même ordre d’idée, le secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs des industries électriques et gazières, Achour Telli, a appelé les travailleurs à fournir davantage d’efforts pour atteindre les objectifs tracés par le groupe Sonelgaz.
«D’ici le 31 décembre 2018, tous les travailleurs et les cadres du groupe doivent se mobiliser 24h/24 pour résorber les pertes et recouvrer les créances, car cela permettra de régler une bonne partie des problèmes», a-t-il insisté.