Face à la demande croissante en énergie électrique, la Sonelgaz compte ajouter 20 000 MW en plus à ses capacités de production d’ici 10 ans, a fait savoir hier son P-DG Chaher Boulakhras. « Pour répondre à la demande additionnelle prévue, nous allons réaliser en l’espace de 10 ans un parc de production équivalent à celui réalisé en 50 ans, soit
20 000 MW de capacité supplémentaire », a annoncé M Boulakhras, après avoir souligné que le groupe qu’il dirige dispose aujourd’hui d’un parc de production totalisant une capacité installée de 21 000 MW.
S’exprimant lors de la cérémonie de remise d’une commande de fabrication locale d’équipements énergétiques dans le cadre du partenariat avec l’américain General Electric (GE), le premier responsable de Sonelgaz a fait remarquer que cet « important programme est conditionné par le développement de capacités locales de réalisation et d’une industrie locale des équipements et composants qui « contribueront à assurer notre sécurité énergétique mais aussi construira un puissant catalyseur pour la diversification de l’économie nationale », a-t-il souligné, avant de mettre en exergue la stratégie d’intégration nationale de Sonelgaz qui « s’appuie notamment sur des partenariats avec des groupes industriels internationaux spécialisés dans la production des équipements et des technologies, en accompagnement d’un développement d’une industrie de sous-traitance locale », a-t-il soutenu.
Ajoutant que cette stratégie vise également à « algérianiser » la maintenance, fabriquer localement les pièces de rechange, localiser en Algérie des usines de fabrication d’équipements de pointe, de développer le génie et l’expertise en matière d’engineering, de réalisation et de montage, selon le P-DG.
L’objectif du groupe énergétique national consiste « en la mise en œuvre d’une série de projets industriels en partenariat basés sur la valorisation des ressources locales et des avantages comparatifs dont jouit notre pays », a encore souligné M. Boulakhras. Par ailleurs, Sonelgaz compte abandonner la formule « clé-en-main » dans les contrats concernant les ouvrages complexes qui seront désormais réalisés en lots totalement décomposés. « Cette décomposition des lots favorisera la fabrication locale de bon nombre de composants et l’émergence, localement, de nouvelles petites entreprises et sociétés sous-traitantes, y compris de réalisation », a relevé M. Boulakhras.
Dans le cadre de sa stratégie d’intégration nationale, Sonelgaz a conclu jusque-là cinq partenariats industriels, General Electric Algeria Turbines (GEAT) (créée en 2014, entre Sonelgaz et General Electric), Vijai Electronicals Algérie (VEA) (créée en 2018 entre Sonelgaz, Electro-Industries et l’indien Vijai Electricals), Boliers Handassa Industrie Algérie (BHI) (créée en 2019 entre Sonelgaz, IMetal et le sud-coréen BHI ), Sediver Algérie (créée en 2019 entre Sonelgaz, Enava, AI Elec et le français Sediver), Hyenco (créée en 2015 entre Sonelgaz, les sud-coréens Hyundai et Daewoo).