Les préparatifs des élections partielles des Assemblées populaires communales (APC), prévues le 15 octobre prochain dans six communes des wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaia, connaissent “plus de dynamique”, a estimé mercredi le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi.

Dans un point de presse tenu en marge de sa visite de travail à Bouira, où il a procédé à l’installation du nouveau délégué local de l’ANIE, M. Charfi a expliqué que son instance enregistre “plus de dynamique” dans les préparatifs des prochaines élections partielles.

“Nous avons enregistré plus de dynamique avec les juges et les membres de la commission chargée de la révision exceptionnelle des listes électorales.

Donc actuellement, nous sommes toujours dans cette phase de cette révision”, a répondu M. Charfi à une question de l’APS relative à ce sujet. Pour les dépôts de candidatures en prévision de ce rendez-vous électoral, le président de l’ANIE a jugé “acceptable” le taux enregistré, ajoutant que “cela est de bon augure pour les prochaines élections partielles”, sans donner plus détails à ce sujet.

Les prochaines élections partielles des APC auront lieu le 15 octobre 2022 dans les communes de Feraoun, M’cisna, Toudja et Akbou (Béjaïa), et Aït Mahmoud et Aït Boumahdi dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

“Nous enregistrons de bons signes de participation à ces élections, les candidats indépendants ou ceux issus de partis politiques, ont toute la liberté de se présenter au scrutin conformément à la loi, et nous souhaitons le succès pour édifier l’état de droit auquel aspire le peuple algérien”, a-t-il souligné.

M. Charfi a saisi cette occasion pour réaffirmer ses engagements d’œuvrer pour développer davantage son instance, qui, a-t-il insisté, “est tenue d’assurer un déroulement libre et transparent des élections”.

Pour le président de l’ANIE, l’installation d’un nouveau délégué local à Bouira “s’inscrit dans le cadre dans la mobilisation de nouvelles énergies humaines du pays pour accomplir cette mission”.

M. Charfi est revenu sur les élections locales non tenues le 27 novembre 2021 dans six communes de Tizi Ouzou et Bejaia, affirmant que la décision de non-participation dans ces communes était “souveraine” et “dénotait de l’esprit démocratique des citoyens”. “L’intérêt pour la communauté nationale est que cette décision minoritaire n’a pas influé sur la tendance générale et que le tissu social est resté solide et homogène”, a-t-il dit, ne manquant de saluer “la position pacifique, responsable et honnête” qui a suivi cette décision, laquelle à ses yeux, va constituer “un repère dans la construction démocratique du pays”.

En visite dans la wilaya pour constater de visu l’état de préparation de ces élections, M.Charfi n’a pas caché son sentiment de les voir se dérouler dans “d’excellentes conditions”. Quatre communes en sont concernés par ces élections partielles, à savoir, Akbou, M’cisna (Seddouk), Feraoun (Amizour), et Toudja (El-Kseur).

Elles regroupent toutes les quatre un corps électoral de 46.000 inscrits avant la révision exceptionnelle des listes électorales qui prendra fin demain, jeudi, à minuit.