Les factions palestiniennes, dont les rivaux du Hamas islamiste et du Fatah laïc, ont entamé lundi au Caire des discussions clés en vue des premières élections depuis 15 ans, a indiqué la télévision d’Etat égyptienne. Les travaux ont débuté «avec la participation de toutes les factions sous les auspices du président (égyptien) Abdel Fattah al-Sissi», a annoncé la chaîne. Au total, 14 factions palestiniennes participent au dialogue. Les discussions visent à lever les obstacles à la tenue des élections législatives, prévues en mai, et de la présidentielle fin juillet. Parmi les questions épineuses à l’ordre du jour figurent le système juridique et sécuritaire à adopter lors des scrutins et le sort des électeurs de Jérusalem-Est, secteur de la Ville sainte occupé et annexé par Israël. «La délégation des cadres du mouvement de la résistance islamique Hamas est arrivée au Caire pour participer aux sessions du dialogue national qui débutent lundi», a annoncé le Hamas dans un communiqué. Dirigée par le vice-président de son bureau politique Saleh al-Arouri, elle est composée de Yahya Sinouar, homme fort du mouvement dans la bande de Gaza, ainsi que des responsables Khalil al-Haya, Ezzat al-Rachk, Hossam Badran, Mohamed Nazzal et Rouhi Moushtaha, est-il précisé dans le communiqué. Selon des informations de presse, une délégation du Fatah, menée par Jibril Rajoub, était déjà arrivée la veille dans la capitale égyptienne. Parallèlement, une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe sur la question palestinienne doit se tenir lundi au Caire. En 2006, les dernières législatives palestiniennes avaient conduit à la victoire du Hamas, qui n’avait pas été reconnue par ses rivaux du Fatah, menant à des affrontements sanglants entre les deux camps et à la naissance de deux systèmes politiques séparés. L’Autorité palestinienne, dirigée par Mahmoud Abbas et contrôlée par le Fatah, siège en Cisjordanie, territoire occupé par Israël où vivent 2,8 millions de Palestiniens. L’enclave palestinienne de Gaza, mince bande de terre de deux millions d’habitants sous blocus israélien, est elle dirigée par le Hamas. n