Le scrutin pour le renouvellement des Assemblées communales et de wilaya s’est déroulé hier dans des conditions normales. Sans accrocs, mais sans affluence massive non plus. A l’image de la campagne…

PAR NAZIM B.
Ni grande foule devant les bureaux de vote ni abstention massive. En attendant que l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) ne rende publics les chiffres complets des élections locales anticipées, le scrutin a été un jour ordinaire, où il n’y avait pas foule dans les centres de vote, notamment dans les villes du centre du pays. Ce n’était pas également la grande tendance à l’abstention. Dans certaines circonscriptions, on déplore des cas de «dépassements isolés», selon les délégations de l’ANIE. D’autres échos de l’ensemble des wilayas font état du recul de la présence féminine à ce rendez-vous.
Fait marquant, le scrutin a eu lieu en Kabylie contrairement aux législatives de juin dernier, quand le scrutin a été empêché par la force.
Autre particularité, c’est la deuxième fois consécutive (après les législatives du 12 juin 2021) que les électeurs choisiront leurs représentants selon le mode scrutin de liste ouverte à la représentation proportionnelle avec vote préférentiel, sans panachage. Cette nouveauté n’a pas été sans créer de «désagréments» parmi les encadreurs de l’opération. «Nous souffrons devant les gens illettrés qui n’arrivent pas à identifier les noms des candidats pour lesquels ils comptent voter. Sans la photo d’identité du candidat préféré, les votants, particulièrement ceux de plus de 80 ans, n’arrivent pas à accomplir leur devoir comme ils le souhaitent», témoigne un encadreur, pour qui cette situation «générera de nombreux bulletins nuls». D’autres électeurs rencontrés devant les bureaux de vote ont exprimé leur mécontentement après avoir voté. Pourquoi ? «Cocher les candidats choisis sur une liste de 15 prétendants, ce n’est pas une simple affaire. C’était mieux quand nous votons directement une liste», indique un votant qui s’est contenté de cocher deux candidats seulement sur toute une liste de son choix. Pour lui, ce mode est loin de régler «ce que l’administration compte combattre. On élimine certaines pratiques pour donner naissance à d’autres».
Cela étant, le rythme de vote a évolué lentement durant cette journée du 27 novembre. Le taux de participation national à l’élection des membres des Assemblées populaires communales s’est élevé à 4,12% à 10H, a annoncé le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi. Ce dernier a précisé que le taux de participation aux élections des membres des APC avait atteint 4,12% et 3,90% pour les Assemblées populaires de wilaya (APW), pour un corps électoral de 23 717 479 électeurs. Il a fait remarquer, par la même occasion, que «les deux scrutins se déroulent dans le même bureau, certains électeurs ne votent pourtant que sur les listes des APC». En comparaison, il a souligné que le taux de participation à ces élections est en hausse par rapport à celui des législatives qui s’élevait à 3,98 % à la même heure (10H). Ces chiffres ont par la suite évolué pour atteindre un taux de participation global de 13,30% vers 13 heures pour les Assemblées communales alors qu’il était de 12,70% à la même heure pour les assemblées de wilaya, selon le président de l’ANIE. A 16 h, le taux de participation national à l’élection des membres des Assemblées populaires communales s’est élevé à 24,27 % et à 23,30 % pour les Assemblées populaires de wilaya (APW), a annoncé Mohamed Charfi.
Pour rappel, le taux de participation au dernier scrutin local était estimé à 44,32 %. Du côté des formations politiques en lice, le FFS a déploré des «dépassements» dans les premières heures du scrutin citant «la fermetures des bureaux de vote pendant des heures à Birkhadem» et «la non-ouverture dans la circonscription de Talmine, à Timimoun, ainsi que l’absence de bulletins des listes du FFS dans des centres de vote à Constantine. Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi a fait état pour sa part d’un cas de dépassement à Oran : «L’ANIE a enregistré un seul dépassement commis par un chef de bureau à Oran qui a été surpris en train de faire sortir les PV hors bureau», ajoutant que l’auteur de cet acte est entre les mains de la Justice.
Le nombre de candidats pour les APC est de 115 230, alors que pour les APW il s’élève à 18 993. Plus d’un million d’encadreurs (1 228 580) ont été mobilisés pour le bon déroulement du scrutin dans 61 696 bureaux et 13 326 centres de vote, répartis à travers les 1 541 communes du pays.
Le scrutin s’est déroulé en présence de 182 981 observateurs délégués par la quarantaine de partis politiques en lice pour ces élections locales. Les opérations de vote anticipé ont débuté le 24 novembre, à travers les 129 bureaux itinérants, dans les zones éloignées de 16 wilayas du pays, soit 72 heures avant le scrutin national, conformément à la Loi organique portant régime électoral. Vers 18 heures, l’ANIE a annoncé la prorogation des délais de vote jusqu’à 20H.