L’opération de vote dans les bureaux itinérants, qui parcourent les zones enclavées, débute dans les régions du Sud au lendemain de la fin de la campagne électorale, bouclée hier à minuit.

PAR NAZIM BRAHIMI
C’est le cas dans la wilaya de Tindouf, où une première caravane est partie en direction des régions enclavées de Kehal et Chenachène, depuis lundi, selon la délégation locale de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).
Cette dernière a indiqué qu’un total de 10 bureaux de vote itinérants est mobilisé pour «permettre à l’ensemble de la population de la wilaya de Tindouf d’accomplir son devoir citoyen et d’exprimer sa voix pour le renouvellement de la composante des Assemblées populaires de communes et de wilaya».
Ces bureaux devront permettre à près de 1 700 électeurs des populations nomades et bédouines de ces régions, à plus de 900 km de Tindouf, de voter.
Les localités concernées sont Oum-Laâssel de Ghar-Djebilet, Tafakoumt (Tindouf) et Hassi-Mounir, Hassi-El-Beïda, Houaouiche, Bouokba et Oued-El-Kherrab, dans la commune d’Oum-Laâssel, distantes pour la plupart de plus de 400 km du chef-lieu de wilaya.
L’ANIE souligne que «l’opération de vote débute, ce mercredi, dans ces bureaux comme le prévoit la loi sur le régime électoral, en présence des observateurs représentant les partis politiques et les listes de candidats indépendants».
Le début de l’opération de vote au niveau des bureaux itinérants marque une nouvelle épreuve pour l’ANIE quant à la maîtrise et l’encadrement de l’opération aussi bien en matière de moyens matériels qu’en termes de ressources humaines.
«Dans le cadre du parachèvement des mesures de sélection et de désignation des secrétaires généraux des quatre délégations régionales pilotes des wilayas d’Alger, Oran, Constantine et Annaba de l’ANIE, et conformément aux dispositions de l’arrêté de l’autorité n° 26 du 21 juin 2021, modifié et complété, qui prévoit la création d’un secrétariat général auprès des délégations de wilaya de l’ANIE, son organisation et son fonctionnement», l’ANIE a annoncé, hier, la sélection de quatre candidats.
Les critiques à l’égard de l’ANIE n’ont pas cessé puisque le Front des forces socialistes (FFS) a dénoncé, avant-hier, dans un communiqué, ce qu’il a considéré comme des «dérives répétées» de l’instance de Mohamed Charfi.
Ces «dérives répétées et dangereuses» consistent en la désignation d’«un délégué communal de l’ANIE, qui a des liens de parenté au premier et au deuxième degrés avec les candidats de l’une des listes concurrentes» dans la commune de Talmine, reproche le parti.
Le FFS estime à ce propos que «cette proximité familiale porte atteinte au principe d’impartialité», ce qui présente un élément qui fausse la compétition et altère l’intégrité du processus électoral en général dans la commune de Talmine.
Cette situation «affecte» la liste de notre parti, a pointé le FFS, qui ajoute une autre «flagrante violation de la loi», puisque le «délégué a nommé deux encadreurs de l’opération électorale dans la région, mais qui sont de la même famille que le candidat de la liste concurrente».
Le même parti politique a ajouté, dans les griefs retenus contre l’ANIE locale, que ses candidats «ne bénéficient pas des conditions minimales pour la tenue de leur meeting de campagne dans les salles préalablement réservées».
Demandant «instantanément» à l’ANIE d’assumer ses «responsabilités» et d’intervenir pour corriger la situation et «mettre fin aux violations de la loi», le FFS rappelle que «le processus électoral doit être mené conformément au principe de l’égalité des chances pour toutes les listes en course».
En définitive, l’entame du vote dans les bureaux itinérants aujourd’hui ne marque pas le début de la «trêve» pour l’ANIE appelée à de sérieux efforts jusqu’à l’annonce des résultats. n