PAR NAZIM BRAHIMI
Les populations des 6 communes (4 à Béjaïa et 2 à Tizi Ouzou), où le scrutin local du 27 novembre dernier n’a pas eu lieu faute de listes électorales, ont renoué hier avec l’urne pour élire les membres des Assemblée concernées.
Le taux de participation enregistré à 15 heures variait d’une circonscription à une autre, selon les chiffres communiqués par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi.
Dans la wilaya de Béjaïa, la moyenne était estimée à 19,19 %. Par circonscription, ce sont les électeurs de Feraoun qui ont le plus voté avec 43,03 %, suivi de M’cisna avec 23,46 %, Toudja avec 12,70 % et Akbou avec 10,26 %. A Tizi ouzou, le taux enregistré à 15 H était de 17,39%, à Aït Mahmoud 15,87 % et à Aït Boumahdi 19,01%. Deux heures plus tôt, le président de l’ANIE avait fait état d’un taux de participation de 12,47% à Béjaïa et 12% à Tizi Ouzou. A 11 heures, il était de 4,43% à Béjaïa et 4,58% à Tizi Ouzou, selon le même responsable.
Ce dernier a déclaré, dès les premières heures de l’opération, avoir enregistré une «dynamique très positive» aux élections communales partielles à Tizi Ouzou et Béjaïa, estimant que cette dynamique «témoigne de la détermination des citoyens des communes concernées à construire la démocratie».
Dans une déclaration au siège de l’ANIE au Palais des nations, M. Charfi a affirmé qu’«aucun dépassement ni infraction aux règles juridiques et constitutionnelles régissant l’organisation des élections n’ont été constatés pour l’heure», soulignant que «le respect des lois traduit la maturité des citoyens dans ces communes et leur volonté de bénéficier du développement qui passe exclusivement par la gouvernance et le choix du peuple».
A Béjaïa, les quatre communes concernées par le scrutin comptent quelque 40 centres et 144 bureaux de vote encadrés par 1 208 agents, dont 1 187 étaient présents à l’entame de l’opération, en sus de 249 observateurs, dont 209 ont marqué leur présence à l’ouverture des bureaux.
Le corps électoral est de 10 432 électeurs inscrits dans la commune de Feraoun, 4 735 à M’cisna, 5 432 à Toudja et 26 180 à Akbou tandis qu’à Tizi Ouzou, 11 centres et 27 bureaux de vote sont ouverts et supervisés par 244 encadreurs, tous présents à l’entame de l’opération, et encadrés par 70 observateurs qualifiés, dont 63 se sont présentés au début du scrutin. La commune d’Aït Mahmoud compte 5 621 électeurs et celle d’Aït Boumahdi 5250.
A Tizi-Ouzou, deux partis politiques, le Front des forces socialistes (FFS) et le Rassemblement national démocratique (RND) et 4 listes indépendantes (Tikjda, Tasqamouts N’oussirem, Imnayen N’elkheir et Tagmats), sont en lice pour obtenir les voix des électeurs.
Trente-quatre meetings et des activités quotidiennes de proximité étaient programmés pour la campagne dans les deux communes concernées par les élections partielles à Tizi Ouzou, Aït Mahmoud et Aït Boumahdi.
A Béjaïa, 12 listes dont 4 de 3 partis politiques et 8 d’indépendants ont pris part à la campagne dans les 4 communes concernées par le vote, à savoir Akbou, Toudja, Feraoun et M’cisna.
Les trois partis politiques en lice pour les communales partielles à Béjaïa sont le Front de libération nationale (FLN) avec 2 listes et le Rassemblement national démocratique (RND) et le Front des forces socialistes (FFS) avec une liste chacun. Les 8 listes indépendantes «Yulli wess», «Assirem» (dans trois communes), «Tadukli», «Sawt El Ahrar», «Jeunesse pour le développement et le changement» et «El Itihad». <