Contrairement aux autres formations de la scène politique nationale, le Rassemblement national démocratique (RND) a finalisé ses listes électorales pour les législatives du 4 mai prochain.


En effet, jusqu’à l’heure actuelle, la formation d’Ahmed Ouyahia est la seule qui a pu élaborer, traiter les dossiers de candidatures et placer les postulants à la députation sur les listes électorales. C’est ainsi que la tendance générale qui se dessine à travers les listes du RND est « une continuité » dans la représentation où pratiquement « 60% des députés sortants ont été replacés pour un nouveau mandat ». Concrètement, cette continuité se décline à travers la présence de certaines figures de proue du parti placées en tête de liste dans les grandes villes.
C’est notamment le cas de Chihab Seddik, le président du bureau du RND d’Alger, qui a réussi à se placer tête de liste au niveau de la capitale. Fidèle parmi les fidèles du secrétaire général(SG) du parti, Chihab Seddik a constamment réussi à se placer tête de liste dans la capitale, la wilaya la plus convoitée du pays en matière de candidature à la députation. Mais, il n’est pas le seul. Mohamed Guidji, député de Tissemsilt, actuellement président du groupe parlementaire du parti à l’Assemblée nationale a aussi réussi à se placer en tête dans sa wilaya.
La liste que conduit Guidji est constituée de cinq candidats en l’occurrence : Mohamed Kanit, Atrous Fatma Zohra, Hattab Abdelkader et Ouaouat Aissa. A Annaba, c’est l’actuel député, ex-recteur de l’université de cette wilaya qui figure en tête des postulants à la députation. Amir Mohamed, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a réussi à gagner la confiance du secrétaire général du parti à travers une intense activité au niveau de sa wilaya. A Béjaia, c’est le candidat Kamel Bouchoucha qui a été placé tête des prétendants à la députation. Omar Allilat, le député sortant de cette même wilaya a usé de tous son poids et ses soutiens pour se placer en tête de liste, mais les choses ont tourné en sa défaveur. Kamel Bouchoucha qui lui a ravi la place, est un ancien député dont le dernier mandat remonte à 2007. A Blida, c’est Mohamed Zghaimi qui a réussi à s’imposer comme candidat à même de conduire la liste de son parti dans cette wilaya. A Tamenrasset, c’est le candidat Baba Ali qui s’est placé en tête des prétendants. Seul ministre du parti, en outre, à postuler pour la députation, Tayeb Zitouni, l’actuel ministre des Moudjahidine est tête de liste à Oran. Aussi, aucun ancien ministre du parti n’a par ailleurs postulé à la députation au RND contrairement à son rival le front de libération national où plusieurs ex-membres du gouvernement se retrouvent sur les listes du parti. Quid des nouveaux venus ? « Ce sont des universitaires, des intellectuels ainsi que des candidats issus de pratiquement toutes les couches populaires » explique un membre de la direction du parti.
Il est à noter que le RND a respecté le quota des 30% de femmes dans chaque liste électorale. Selon notre source, il y a même des wilayas « où ce quota de 30% a été dépassé ». Sollicité sur les critères de sélection des candidates femmes, notre source a relevé que « c’est le conseil de wilaya qui a élu aussi bien les hommes que les femmes ».