L’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), nouvel acteur de la présidentielle prévue le 12 décembre prochain, va bénéficier de « tous les moyens » nécessaires à l’accomplissement de sa mission de la part des institutions, selon l’instruction adressée par le Premier ministre Noureddine Bedoui.

Cette instruction, dont ont été destinataires les membres du gouvernement, le commandant de la Gendarmerie nationale, le directeur général de la Sûreté nationale, les walis et walis délégués et les présidents d’APC, recommande de mettre à la disposition de l’ANIE «tous les moyens devant lui permettre l’organisation, dans les meilleures conditions, de l’élection présidentielle». L’instruction de M. Bedoui a mis l’accent sur la nécessité de «veiller, chacun en ce qui le concerne, à répondre d’une manière diligente à toutes les sollicitations émanant de l’ANIE», présidée par Mohamed Charfi.
Le Premier ministre a appelé, dans ce sens, à veiller à «la mise à la disposition de l’ANIE de l’ensemble des moyens humains et matériels, que commande une organisation parfaite de cette échéance électorale, sous tous ses aspects, dans le souci d’en garantir un parfait déroulement, dans le respect de la loi et des principes de neutralité, de régularité, de transparence et de crédibilité». Les parties destinataires de l’instruction sont ainsi «chargées, conformément à la loi, de veiller à fournir à cette Autorité indépendante toute information ou documentation qu’elle juge nécessaire pour la concrétisation de ses missions». «Vous êtes également interpellés pour placer en tête de vos priorités votre responsabilité qui demeure pleinement engagée, pour mettre en échec tout acte susceptible d’entacher la neutralité ou compromettre la crédibilité de ce scrutin, notamment l’utilisation prohibée par la loi des biens et des moyens publics au profit d’un parti ou d’un candidat donné, ou tout autre comportement de nature à entacher la régularité de ce scrutin, qui devra répondre à toutes les exigences d’impartialité, de régularité et de transparence», a-t-il souligné.
Dans ce sens, le ministre des Affaires étrangères est chargé de prendre, en concertation avec l’ANIE, «toutes les mesures requises, en matière de préparation et de déroulement des opérations de vote de notre communauté établie à l’étranger», selon la même source.
Le ministre de l’Intérieur est chargé, quant à lui, «de veiller, en relation avec les walis, à ce que les services des élections au niveau des communes et des wilayas soient mis à la disposition de l’Autorité indépendante pour la préparation, l’organisation et le déroulement des élections, qui auront à travailler dans ce cadre sous son entière responsabilité». Le même département est également chargé «en relation avec les responsables des services de sécurité concernés à l’effet d’assurer un dispositif statique de sécurisation des sièges de l’Autorité indépendante et de ses démembrements locaux d’une part, et de répondre à toute demande émanant de cette autorité, notamment dans le cadre de la sécurisation de l’acheminement des différents documents et matériels électoraux, tel que prévu par l’article 09 de la loi organique n° 19-07» . Dans le même cadre, «un dispositif spécial de sécurisation et de prévention devra être mis en place en concertation et en coordination avec l’ANIE, à l’occasion de ce scrutin, notamment au niveau des centres et bureaux de vote», énonce la même instruction. Pour sa part, le ministre de la Communication est chargé d’«assurer et de faciliter à l’Autorité indépendante l’accès aux différents médias publics et de mettre à contribution au profit de cette Autorité, les moyens des entreprises et établissements publics relevant de son secteur».
Aussi, les services de sécurité concernés sont également «invités à répondre avec diligence, et conformément à la loi, aux réquisitions de la force publique prises par le président de l’ANIE».
Le gouvernement et les institutions publiques «doivent rester mobilisés et à l’écoute de toute sollicitation exprimée par cette Autorité indépendante, pour la prise en charge de toute mesure additionnelle requise, qui sera nécessaire à la réussite de la prochaine échéance électorale», souligne l’instruction de Bedoui.