Les interpellations par la justice de responsables dans la wilaya d’El Tarf continuent d’alimenter les discussions publiques et à faire des gorges chaudes. «Il n’y a pas de fumée sans feu», l’adage vient donc de se confirmer une fois de plus à El Tarf, cette petite bourgade de quelques habitants et maisonnettes, devenue un chef-lieu de wilaya depuis 1985. Hier, les deux derniers présidents d’APC, en l’occurrence Hatem Tridi et Boudiaf, ont été entendus par les juges pour diverses affaires décelées à la suite des enquêtes menées depuis l’été dernier par les services. Les deux mis en cause sont mis sous contrôle judiciaire par le tribunal primaire de la ville balnéaire d’El Kala, trente kilomètres du chef-lieu de wilaya. Le président d’APC d’El Tarf en exercice est poursuivi, nous renseigne-t-on, pour délit de corruption et violation du code des marchés. Il est, selon la même source judiciaire, poursuivi pour abus d’autorité et usage d’influence de sa fonction. Quant à son prédécesseur, bien qu’il a été déchu lors des élections communales de novembre 2017, il s’est permis d’user de son ex-fonction alors qu’il n’est que membre élu sur une liste RND. Aussi paradoxal que cela puisse paraître l’ex-P/APC a usé de transactions annexes contraire à la législation en vigueur du code des marchés et abus de fonction. Par ailleurs, selon une autre source, l’actuel et l’ancien secrétaire général de cette commune sont impliqués aussi dans ces affaires scabreuses. La justice a décidé après audition de plusieurs heures le placement de l’actuel Secrétaire général de l’APC du chef-lieu ainsi qu’un entrepreneur connu sous contrôle judiciaire en attendant les compléments d’enquête confiée au services de sécurité. Ces deux derniers mis en cause sont accusés de corruption, de malversation et de complicité dans la passation de marchés sans tenir compte du règlement en vigueur d’octroi de marchés. Enfin, selon plusieurs sources, d’autres responsables au niveau local sont impliqués dans l’exploitation frauduleuse de carrière, et d’extraction de sable afin de l’utiliser dans la réalisation de projet à caractère de développement local. Nous y reviendrons avec d’autres détails sur les affaires qui sont traitées à El Tarf et qui éclaboussent plusieurs personnalités, qui faisaient la pluie et le beau temps, croyant être intouchables. Ces personnalités sont rattrapées par la justice, à l’image des P/APC des communes d’Oum Teboul et de Aïn El Assel, frappés du contrôle judiciaire pour octroi à un promoteur du marché hebdomadaire faisant fi du code des marchés. Notons que trois personnes, deux élus, une responsable du foncier sont impliqués dans cette affaire que les services de sécurité ont traité au mois d’octobre dernier. Le P/APC de Aïn El Assel vient d’être suspendu par le premier responsable de la wilaya suite à cette affaire n