Les membres de la Coordination nationale des retraités de l’Armée nationale populaire, invalides et ayants droit, qui ont repoussé le terrorisme pendant les années 90, étaient mercredi dernier venus en grand nombre à El Tarf pour lancer un dernier appel aux autorités afin de régulariser leur situation.

Les membres de la Coordination nationale sont arrivés de plusieurs wilayas pour réclamer leurs droits dont ils se disent spoliés. Les protestataires, plus de deux cents, se sont regroupés sur la place de l’Indépendance, située entre la Maison de lecture et le siège de la wilaya, ont dit en présence de leurs collègues ainsi que plusieurs citoyens de la wilaya venus les soutenir : «Nous avons servi le pays quand ce dernier avait besoin de nous pour combattre le terrorisme qui voulait le mettre à genou. Nous avons courageusement repoussé les hordes terroristes qui faisaient la pluie et le beau temps, massacrant les citoyens et tuant plusieurs des nôtres, blessant d’autres et les rendant infirmes. Nous ne demandons que notre droit pour les sacrifices consentis durant cette époque. » La Coordination nationale des retraités de l’Armée nationale populaire a réagi fortement contre la décision du Président de les classer parmi la tragédie nationale qui renferme les victimes ainsi que les terroristes. Tous à l’unanimité rejettent la pension attribuée qui est de
27 000 dinars. Ils revendiquent le statut des victimes du terrorisme et de la guerre. Ces victimes du terrorisme, qui gardent encore les séquelles, exigent une amélioration des conditions de vie, une prise en charge de leurs handicaps.
Lors de ce regroupement grandiose sur la place de l’Indépendance à El Tarf, les victimes du terrorisme sous la conduite de leur coordination, qui regroupe El Tarf, Souk Ahras, Annaba, Bordj, Constantine, Skikda et plusieurs autres wilayas de l’Est algérien, notamment Batna, Tiaret, Oum El Bouagh, Mila, Guelma, ont dénoncé les facteurs qui ont poussé leur collègue à se suicider récemment car ne pouvant pas subvenir aux besoins de sa famille. La coordination a en outre rendu un vibrant hommage aux deux militaires décédés en mission commandée lors du dernier crash d’avion survenu à Oum El Bouaghi. En fin de rassemblement, les responsables de la Coordination nationale ont rédigé une plateforme où ont été mentionnées toutes les revendications et qui sera remise à qui de droit. n