Le wali d’El Tarf Harchouf Belarar a présidé un conseil de wilaya en fin de semaine, où ont été passés en revue différents dossiers de plusieurs secteurs. La réunion s’est tenue au siège de la wilaya en présence de plusieurs directeurs exécutifs, le président d’APW, M. Bouraoui, ainsi que le secrétaire général de la wilaya M. Benflis. Après avoir brossé un tableau récapitulatif sur la situation générale de la wilaya, le wali a écouté des rapports détaillés des directeurs exécutifs. Le wali qui vient à peine d’être installé a sommé les présents de prendre au sérieux les préoccupations des citoyens et d’aller sur le terrain dans le souci de créer un franc dialogue avec les administrés pour les convaincre qu’on ne peut résoudre tous les problèmes à la fois. Lors de ce conseil, le premier du genre depuis son installation à la tête de cette wilaya, le premier responsable a exigé un rapport exhaustif sur la situation d’alimentation d’eau potable dont se plaignent les citoyens dans de nombreuses localités. « Il est inadmissible qu’une contrée contienne un tel potentiel hydraulique crie soif presque toute l’année. Les responsables concernés par cette situation, qui provoque à chaque fois des contestations des concitoyens, sont contraints d’éclairer nos lanternes afin que nous puissions réagir et y remédier… », a martelé M. Harchouf. Par ailleurs, il a sommé également le directeur d’éducation de l’informer sur la situation de préparation des différents examens, entrée en première moyenne, BEM et enfin les épreuves du bac, prévues juste après la fête de l’Aïd.
En présence de l’assistance, le directeur de l’éducation, le docteur Djilali Azzedine a souligné que tout est fin prêt et qu’il présidera à partir du début de la semaine prochaine une réunion de synthèse avec ses proches collaborateurs où seront associés à cette importante réunion les correspondants et journalistes accrédités par la wilaya. Le premier responsable de la wilaya a ordonné à tous les directeurs exécutifs présents ainsi qu’aux présidents d’APC des vingt-quatre communes de quitter leurs bureaux pour s’enquérir des situations de leurs secteurs sur le terrain en recensant les insuffisances. Ces derniers sont obligés de suivre les projets et de mettre en demeure ceux qui traînent. Ce suivi ne peut être efficace que si les directeurs établissent un planning de visites inopinées. Enfin, le wali a insisté sur la qualité des travaux et leurs réalisations dans les délais impartis selon les normes définies par les cahiers des charges. Le directeur de l’environnement a été sommé de veiller à la salubrité publique et de renforcer les centres d’enfouissement technique dont le personnel se plaint de nombreuses insuffisances afin de pouvoir s’acquitter honorablement de leur mission sur le terrain.n