La manifestation programmée au niveau de la wilaya d’El Tarf, par des retraités et des radiés de l’Armée nationale populaire n’a pas eu lieu. Plusieurs dizaines de retraités et d’invalides de l’ANP sont arrivés par petits groupes, les uns à pieds d’autres en voiture, et ont tenté, hier samedi 16 février, d’organiser une marche à El Tarf. Cette dernière a été avortée en raison du dispositif de sécurité mis en place par les éléments de la gendarmerie et de la police. Cette manifestation a été empêchée car jugée illégale. Toutes les issues qui mènent au chef-lieu de wilaya ont été bouclées et des barrages filtrants dressés depuis le début de la matinée le long de la RN44 et sur les chemins de wilaya. Les protestataires, venus de plusieurs wilayas, ont quand même pu contourner les obstacles et se sont rendus jusqu’à El Haddada, dans la commune d’Oum Teboul, pour barrer l’accès aux touristes venant de Tunisie. Là également, les protestataires ont été repoussés par les services de sécurité. Cette situation a provoqué des bouchons sur les différents axes menant au chef-lieu. Il était impossible de se rendre à El Tarf ou à Annaba. Ce n’est que vers 15h que les protestataires se sont dispersés. Approchés à Oum Teboul, à quarante kilomètres du chef-lieu El Tarf, les protestataires ont dit n’avoir qu’une seule et unique revendication, à savoir régulariser leur situation. D’autres nous ont déclarés qu’ils ont été injustement démobilisés sans aucune pension bien qu’ils aient servi le pays honnêtement. Il est à noter qu’aucun incident n’a été enregistré durant ce mouvement.