Le président de l’UNPA, M. Laâbalia, a présidé avant-hier une importante réunion au cours de laquelle le secteur agricole a été passé au peigne fin. Lors de son intervention, l’orateur a tenu à rassurer les participants venus de toutes les daïras de la wilaya pour faire leur exposé sur la filière dont ils sont responsables ou porter les préoccupations des agriculteurs dans différents volets. Il a rassuré les fellahs en leur promettant que l’Union sera toujours à leur côté afin de porter des rectificatifs ou aider ceux qui ont subi des pertes sèches aussi bien dans les légumes secs, les agrumes, les céréales ou le cheptel. Il a indiqué dans ce sens que trois bêtes sont mortes à cause du manque du vaccin qui tarde à venir. Ces décès ont été signalés par les éleveurs à la direction des services agricoles. Ces derniers ont pris des mesures préventives depuis la détection du premier foyer à la ferme de Guergour, dans la commune d’El Tarf. Les cadres de la DSA sont sur le terrain pour essayer de sauver ce qui peut l’être. Jusqu’à la semaine qui vient de s’achever, 39 foyers ont été enregistrés selon l’inspection vétérinaire de la DSA. Abordant le volet agricole, le président de l’UNPA a donné la parole aux responsables des
14 conseils. Il est à signaler que la wilaya d’El Tarf compte de nombreux éleveurs. Selon les derniers recensements effectués, la wilaya compte
80 000 bovins, dont 40 000 vaches laitières, ainsi que 140 000 ovins et 40 000 caprins, sont dans l’attente de la réception de vaccins contre ces deux maladies. Bien que les éleveurs soient dans la tourmente, la wilaya n’a pas encore réceptionné son quota de vaccins. Plusieurs présidents de conseil interprofessionnel ont exposé leurs nombreuses préoccupations liées surtout à la commercialisation de l’agrume dont la wilaya a enregistré une production inattendue de plusieurs tonnes. Au passage, la wilaya avait exporté cette production à Dubai mais depuis, le rendement qui a coûté des millions de dinars est déversé par les producteurs à cause de la surproduction. C’est le cas aussi de la tomate industrielle dont le marché est inondé de double et triple concentré importé alors que les investisseurs dans cette filière ont réussi au cours de la saison 2018 une surproduction de 60 000 tonnes pouvant suffire au marché national. Les fellahs ont émis le vœu de mettre en application la taxe d’importation de 200% sur le concentré de tomate afin d’encourager la production nationale. Certains éleveurs ont fait savoir que les terrains exploités ont été inondés, il faut attendre le beau temps pour reprendre leur plantation. Ont été associés à cette réunion plusieurs organismes partenaires directs des agriculteurs « des terres agricoles, la DSA, la Caisse régionale de mutualité agricole qui n’ont pas manqué de porter à la connaissance des fellahs les diverses formules d’assurance afin de sécuriser leurs biens, d’emprunt, de facilités pour un éventuel développement et de promotion du domaine agricole. La wilaya compte la meilleure qualité d’arachides mais le problème de commercialisation se pose avec acuité. Plus de 1200 hectares repérés du côté dunaire notamment Oum Teboul, Frin, Berrihane sont exploités par des familles par leurs propres ressources. Un membre du conseil interprofessionnel a exposé le manque de moissonneuse-batteuse, et a exprimé le vœu de développer la filière des légumes secs, haricot, lentilles, pois-chiche, en lui accordant plus d’importance. Enfin, le président de l’UNPA a brossé un tableau sur l’union des paysans de la wilaya forte de 1 500 adhérents. Des dépliants sur le statut et le règlement interne de cette union ont été distribués aux participants qui étaient nombreux. n