Le projet de la station de dessalement d’eau de mer, initialement retenu dans la commune d’El Chatt (El Tarf), sera délocalisé vers la commune de Berrihane, a indiqué lundi le PDG d’Algerian Energy Company (AEC).

Lors de l’inspection du nouveau site devant abriter la station de dessalement, situé à Koudiet Edraouche, relevant de la commune de Berrihane, Hocine Rizou a précisé que la délocalisation du projet « s’est imposée suite aux conclusions d’une étude technique de faisabilité réalisée par le laboratoire des travaux publics de l’Est (LTPE) et le Laboratoire d’étude maritime (LEM) ayant remis en cause la ‘qualité’ de l’eau de mer dans la commune d’El Chatt ». D’un coût de près de 400 millions de dollars, ce mégaprojet, devant être concrétisé sur une superficie de 12 hectares, a une capacité de dessalement de 300 000 m3/d’eau, appelée à renforcer et sécuriser l’alimentation en eau potable d’une large zone géographique de l’est du pays (El Tarf, Annaba, Guelma, Skikda et Souk Ahras), a-t-on expliqué in situ. Un millier d’emplois directs sera créé dans le cadre de la réalisation de ce projet, devant offrir, une fois mis en exploitation, 200 postes de travail à la population locale, a-t-on encore souligné. Implantée au niveau de la ZET de Berrihane, à proximité de la centrale électrique de Koudiet Edraouche, le chantier de la future station de dessalement sera lancé au courant du premier trimestre 2019.