Par Tahar BOUDJEMAA
Les feux de forêt dans la wilaya, selon les sources officielles, sont maîtrisés. Néanmoins, il persiste encore deux feux à Chihani, dans la daïra de Drean, et El Ayoun, sur la bande frontalière algéro-tunisienne. Ces foyers ne constituent plus de menace sur la population.
Soulignons que depuis le 10 août dernier, les éléments de la Protection civile, les agents de la Sonelgaz, les services de sécurité, les éléments de la Conservation forestière ont été mis à rude épreuve. Plus de 300 hectares, selon un bilan provisoire, ont été dévastés par les feux dénombrés au niveau de 38 foyers dans les 7 daïras de la wilaya, alors que la conservation locale des forêts fait état d’une superficie de plus de 1000 ha de forêts détruite entre les 9 et 14 août courant dans 42 incendies enregistrés dans 14 communes de la wilaya.
Les populations de cette contrée de l’arrière-pays étaient dans une véritable fournaise avec des flammes de trois mètres et accentuée par la montée du mercure, qui a atteint par endroits 52° à l’ombre et les coupures durant des heures du courant électrique.
Les autorités locales ont mis en œuvre tous les moyens dont dispose l’Etat pour sauver la vie des riverains encerclés par les feux. Ces familles ont été sauvées d’une mort certaine par un élan de solidarité jamais égalé. A Loulidja, une localité située à 7 kilomètres du chef-lieu, 3 familles ont subi des dégâts importants. Les feux aidés par les vents violents ont dévasté sur leur passage oliveraies, ruches, enclos… Le wali s’est rendu par deux fois dans les zones sinistrées pour s’enquérir de la situation des habitants de ces zones d’ombre. Ramel Souk, une autre commune frontalière, dont le massif forestier a été ravagé par les incendies du mardi au vendredi. Par ailleurs, on apprend que le nouveau député, Hamdaoui Mebarek, était durant les quatre jours aux côtés de la population supervisant l’ampleur des dégâts occasionnés par les incendies. Des sources fiables indiquent qu’El Tarf serait la deuxième wilaya touchée après celle de Tizi Ouzou comptant de nombreux décès civils et militaires. Les feux de forêt ont décimé plusieurs espèces végétales et animales. Les essences consumées mettront des années à se régénérer. En outre, plusieurs habitants des zones d’ombre, touchées par les incendies, sont sans courant électrique depuis mardi. n