Abderrahmane Benkhalfa a exposé, lundi dernier, en présence des membres de la Chambre de commerce, plusieurs cadres économiques et un inspecteur de la douane, la loi de finances 2018.

« La LF ne souffre d’aucune anomalie bien au contraire, elle prend en charge les préoccupations des couches défavorisées », a souligné d’emblée l’orateur en présence des participants à cette journée organisée par la Chambre de commerce et d’industrie de la wilaya d’El Tarf.
Maîtrisant le verbe économique, l’ex-ministre des Finances a indiqué que la loi de finances de cette année diffère des précédentes sur plusieurs paramètres car elle maintient les subventions étatiques en faveur des couches aux revenus faibles et permet l’investissement, ouvrant donc la voie toute grande aux investisseurs animés de bonne volonté, puisque des 8 400 milliards de dinars, elle consacre 4 200 milliards rien que pour l’investissement.
«La loi de finances 2018 a été élaborée en fonction du prix du baril de pétrole outre les capacités du pays en matière des ressources naturelles », a mis en exergue l’orateur, qui a usé de concepts économique pour expliquer des chapitres de cette loi.
Par ailleurs, il a mis en exergue l’opportunité de poursuivre les efforts de développement dans tous les domaines et surtout la réhabilitation des infrastructures de base et dans de nombreux autres domaines.
L’orateur, en présence de plusieurs invités, a longuement développé les différentes formes d’investissement de l’entreprise. Le communicant a qualifié la loi de finances 2018 d’exceptionnelle pour la bonne raison que les concepteurs ont tenu compte de beaucoup de paramètres en accordant une importance particulière pour les masses défavorisées en maintenant les subventions étatiques pour une amélioration quantitative des conditions de vie du citoyen.
L’ex-ministre des Finances était à El Tarf sur invitation de la Chambre de commerce et d’industrie. Le président de cette dernière a tenu à féliciter l’ex-ministre qui a répondu sans hésiter.
Il a déclaré par ailleurs que cette journée permet aux présents d’avoir une vision claire sur la loi de finances. Il a regretté l’absence des autorités locales qui n’ont pas daigné répondre à l’invitation qui leur a été adressée. Dans l’après-midi, plusieurs autres communications ont été faites par d’autres intervenants suivies de fructueux débats.